Ecoutez Radio Sputnik
    Un médecin

    L'Algérie fabriquera un médicament anti-cancer en collaboration avec le français Ipsen

    © Sputnik . Igor Zarembo
    International
    URL courte
    1154

    L'Algérie se prépare à fabriquer un médicament anti-cancer dans le cadre d'un projet de collaboration avec le groupe pharmaceutique français Ipsen, qui coûtera quelque 20 millions d'euros et qui «entraînera un important transfert technologique».

    Un médicament anti-cancer sera bientôt fabriqué en Algérie. En effet, la société française Ipsen, qui a récemment fêté ses 10 ans de présence dans le pays, a annoncé la prochaine installation d'une usine, qui doit ouvrir en 2021, a annoncé le journal algérien L'Expression.

    «Les études du projet ont été finalisées, tout comme l'aspect administratif où le bureau de liaison d'Ipsen s'est transformé en une entreprise mixte, algéro-française, qui porte le nom de Ipsen Pharma-Algérie», ont déclaré les responsables de ce projet de partenariat cités par le quotidien.

    Les travaux de construction de l'usine seront lancés avant la fin de cette année et s'étaleront sur trois ans.

    «L'assiette foncière pour la construction de cette future usine de fabrication de médicaments d'oncologie a été validée par les services compétents, ce qui nous permettra de poser la première pierre de cette unité de production avant la fin de l'année», a indiqué le PDG de la société Ipsen Pharma-Algérie Adlane Soudani.

    Cette usine de haute technologie sera la première du genre construite par le géant français hors de l'Hexagone.

    «Ce médicament n'est pour le moment fabriqué que dans le site historique de Dreux (France). Ce sera une première qui entraînera un important transfert technologique», note encore le journal, précisant que les économies de devises que fera l'Algérie se situeront entre 10 et 20 millions d'euros par an.

    À moyen terme, Ipsen envisage de passer à l'exportation après avoir satisfait la demande nationale. L'usine doit ainsi permettre à l'Algérie d'être représentée dans cette industrie de pointe. Près d'une centaine de personnes vont être formées pour gérer ce pôle industriel.

    Ce projet d'envergure coûtera quelque 20 millions d'euros. L'usine fabriquera un médicament injectable, Decapeptyl (triptoréline), indiqué pour le traitement du cancer de la prostate, troisième type de cancers masculins en Algérie.

    «En plus du traitement du cancer de la prostate, ce même médicament a d'autres indications comme le traitement de la puberté précoce et certaines maladies touchant les femmes telle l'endométriose, les fibromes utérins et l'infertilité féminine», ont déclaré les responsables de ce projet de partenariat.

    Grâce à ce projet, l'Algérie espère voir ses laboratoires sortir de la fabrication du paracétamol et d'antibiotiques qui sont en surproduction.

    Lire aussi:

    Quand la Chine remplit le vide du «net recul» de la coopération économique algérofrançaise
    Erdogan à Alger, pourra-t-il booster l’économie et régler les divergences géopolitiques?
    Paris veut-il détrôner Pékin et retrouver sa place de premier partenaire d’Alger?
    Tags:
    antibiotiques, projet, exportations, hautes technologies, bâtiment (travaux de construction), traitement, usine, collaboration, cancer, médicaments, Ipsen, L'Expression, Algérie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik