International
URL courte
Brexit (2018) (68)
791
S'abonner

La position de Theresa May concernant le Brexit est une veste-suicide pour le Royaume-Uni et le détonateur se trouve entre les mains de Bruxelles, a affirmé Boris Johnson, ancien secrétaire d'État des Affaires étrangères et du Commonwealth.

L'ancien secrétaire au Foreign Office a vertement critiqué la position de Theresa May concernant le Brexit.

«À chaque étape des négociations, Bruxelles obtient ce qu'il souhaite. Nous avons accepté les délais, proposés par l'Union européenne, nous avons accepté de payer 39 milliards de livres [environ 44 milliards d'euros, ndlr] sans avoir rien en échange», s'est indigné Boris Johnson, cité par le quotidien Daily Mail.

Pour sa part, Theresa May a «mis une veste-suicide autour de la Constitution britannique» tandis que le détonateur se trouve entre les mains de l'Union européenne.

Pour rappel, le 9 juillet dernier Boris Johnson a présenté sa démission du poste de secrétaire d'État des Affaires étrangères et du Commonwealth.

Dans sa lettre de démission adressée à la Première ministre Theresa May, l'ancien ministre britannique des Affaires étrangères avait justifié sa décision par la position hésitante de Londres dans les négociations avec Bruxelles sur le Brexit.

Selon M. Johnson, partisan d'un Brexit dur, le Royaume-Uni «se dirige vraiment vers le statut de colonie» de l'Union européenne.

Le chef de la diplomatie avait renoncé à ses fonctions suite à la présentation du plan de sortie de l'UE de la Première ministre Theresa May, qui prévoit de maintenir des relations commerciales étroites avec Bruxelles après le Brexit.

Dossier:
Brexit (2018) (68)

Lire aussi:

Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Sanctions contre la Russie, le Venezuela et la Birmanie: «une erreur stratégique majeure commise par l’UE»
Tags:
position, décision, kamikaze, politique, Brexit, Union européenne (UE), Boris Johnson, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook