Ecoutez Radio Sputnik
    L'ambassadeur de Russie auprès des Nations unies, Vassili Nebenzia, s'adresse aux journalistes après des consultations du Conseil de sécurité

    Moscou: l'Occident mise sur l'épuisement de la Russie pour la transformer en pays paria

    © AP Photo / Mary Altaffer
    International
    URL courte
    Affaire Skripal (126)
    38966

    L'affaire Skripal prouve que les pays occidentaux misent sur l'épuisement de la Russie et sa transformation en «pays paria pour le frapper d'une nouvelle série de sanctions», a affirmé l'ambassadeur russe à l'Onu.

    En ce qui concerne l'affaire Skripal, les pays occidentaux ont décidé de lutter contre le pouvoir russe en tentant de transformer la Russie en pays paria, a affirmé l'ambassadeur russe aux Nations unies, Vassili Nebenzia.

    «En effet, ils misent sur l'épuisement du "régime". Ce qu'ils ont fait [l'accusation de deux Russes par Londres, ndlr], ce n'est qu'un acte d'un spectacle ambitieux de longue durée», a-t-il déclaré dans une interview à la chaîne de télévision Rossiya 1.

    Il a souligné qu'il s'agissait de «tentatives de faire de la Russie un pays paria pour le frapper d'une nouvelle série de sanctions».

    Toujours selon Vassili Nebenzia, ses collègues des pays occidentaux au sein du Conseil de sécurité ont une vision singulière de la situation.

    Ils estiment que «le peuple russe est une chose, mais que Poutine et le pouvoir en sont une autre […]. Ce qui est très naïf», a-t-il fait remarquer pour conclure.

    La police britannique a lancé mercredi dernier un mandat d'arrêt contre deux ressortissants russes suspectés d'implication dans l'empoisonnement de l'ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, en mars à Salisbury. La diplomatie russe a demandé à Londres de fournir des preuves concrètes, dont leurs empreintes digitales. Selon le ministère russe des Affaires étrangères, l'ambassadeur du Royaume-Uni a déjà déclaré que «la partie britannique ne fournirait aucun document».

    Dossier:
    Affaire Skripal (126)

    Lire aussi:

    Skripal: l'ambassadeur russe à l'Onu décrypte la «comédie de quatre sous» des autorités UK
    Moscou exige les empreintes des 2 hommes que l’UK soupçonne d’avoir empoisonné les Skripal
    Moscou n'a entendu qu'«un éventail de mensonges» sur l'affaire Skripal à l'Onu
    Tags:
    mandat d'arrêt, empoisonnement, empreinte digitale, diplomatie, Rossiya 1, Conseil de sécurité de l'Onu, ONU, ministère russe des Affaires étrangères, Ioulia Skripal, Sergueï Skripal, Vassili Nebenzia, Vladimir Poutine, Salisbury, Royaume-Uni, Londres, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik