International
URL courte
27693
S'abonner

Le déploiement de troupes américaines supplémentaires en Syrie, annoncé par les médias, ne changera pas l’équilibre des forces mais indique que Washington n’entend pas réduire sa présence dans ce pays, estime le politologue et américaniste Mikhaïl Sinelnikov-Orichak.

Le renforcement présumé de la présence militaire américaine en Syrie ne changera pas l'équilibre des forces, a déclaré à la chaîne de télévision RT l'américaniste Mikhaïl Sinelnikov-Orichak.

«Il est clair que c'est une goutte d'eau dans l'océan. De manière générale, elle ne changera pas fondamentalement l'état des choses», a-t-il expliqué.

Toutefois, le déploiement de plus de 100 Marines américains sur la base d'Al-Tanf annoncé par les médias a une importance symbolique.

«Les Américains indiquent qu'ils ne quitteront pas la Syrie. Les derniers événements à Idlib signifient que la phase active des hostilités s'achève. […] Ce mouvement symbolique de troupes indique que l'activité américaine continue et se poursuivra», a constaté le spécialiste.

Auparavant, le Pentagone avait envoyé un contingent supplémentaire à la base d'Al-Tanf contrôlée par les forces de la coalition antiterroriste, relate Fox News citant des sources au sein du département de la Défense. La chaîne souligne que le renforcement de la présence américaine intervient suite à l'avertissement de Moscou faisant état d'une frappe imminente contre les radicaux qui se trouvent dans la région.

Lire aussi:

Trump explique ce qu’il considère comme «le plus gros problème dans le monde», la Russie impliquée
«Comportement de racailles»: deux maîtres-nageurs agressés et jetés dans une piscine de Melun
Macron a appelé Poutine pour discuter du vaccin russe contre le Covid-19 et de la Biélorussie
Historique: le PSG se qualifie pour les demi-finales de la Ligue des champions pour la 1ère fois depuis 1995 - vidéos
Tags:
radicaux, base militaire, contingent militaire, troupes, Moscou, Washington, États-Unis, Al-Tanf, Idlib, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook