Ecoutez Radio Sputnik
    L'affaire Skripal envenime toujours les relations entre la Russie et le Royaume-Uni

    Skripal: l'ambassadeur russe à l'Onu décrypte la «comédie de quatre sous» des autorités UK

    © Sputnik . Alex McNaughton
    International
    URL courte
    Affaire Skripal (127)
    18414

    Pour l'ambassadeur de Russe auprès de l'Onu, Vassili Nebenzia, les accusations de la Première ministre britannique, Theresa May, contre Moscou dans le cadre de l'affaire Skripal ne sont qu'une «comédie de quatre sous» dans un monde où «des accusations sont formulées sans quelque preuve que ce soit et lorsque les coupables sont désignés».

    Vassili Nebenzia, ambassadeur de Russie auprès des Nations unies, a qualifié de «comédie de quatre sous» les accusations de la Première ministre britannique, Theresa May, contre Moscou concernant l'affaire Skripal. Le monde moderne existe à l'ère de la dégradation politique quand formuler des accusations est plus important que présenter des preuves, a-t-il déclaré dans une interview à la chaîne de télévision russe Rossiya 1.

    «C'est l'implantation d'une nouvelle stratégie politique, unique en son genre et absolument efficace lorsque des accusations sont formulées sans quelque preuve que ce soit et lorsque les coupables sont désignés», a-t-il souligné.

    C'est avec regret qu'il a constaté que le Royaume-Uni, un pays d'aristocrates et de gentlemen aux traditions séculaires de parlementarisme, faisait voler en éclats toutes ces règles qui valaient aux Britanniques beaucoup de respect. Selon lui, personne ne veut de la vérité aujourd'hui.

    Il a fait remarquer que les réponses de la Russie intéressaient un grand nombre de pays, mais ne préoccupaient aucunement les metteurs en scène de «cette comédie de quatre sous».

    Vassili Nebenzia a indiqué également qu'aucune accusation directe n'avait été formulée contre Vladimir Poutine à la réunion du Conseil de sécurité, mais que certains avaient laissé sous-entendre que le pouvoir russe se tenait derrière cette histoire.

    La police britannique a lancé mercredi dernier un mandat d'arrêt contre deux ressortissants russes suspectés d'implication dans l'empoisonnement de l'ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, en mars à Salisbury. La diplomatie russe a demandé à Londres de fournir des preuves concrètes, dont leurs empreintes digitales. Selon le ministère russe des Affaires étrangères, l'ambassadeur du Royaume-Uni a déjà déclaré que «la partie britannique ne fournirait aucun document».

    Dossier:
    Affaire Skripal (127)

    Lire aussi:

    Moscou exige les empreintes des 2 hommes que l’UK soupçonne d’avoir empoisonné les Skripal
    Moscou répond à la déclaration de pays occidentaux, dont la France, sur Salisbury
    Affaire Skripal: Moscou n'exclut pas qu’un attentat ait été commis contre les Russes en UK
    Tags:
    preuves, vérité, accusations, traditions, Conseil de sécurité de l'Onu, ONU, Rossiya 1, Ioulia Skripal, Sergueï Skripal, Vladimir Poutine, Theresa May, Vassili Nebenzia, Londres, Salisbury, Moscou, Royaume-Uni, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik