Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeaux de la Chine et des USA

    Les USA pourraient imposer des sanctions à Pékin pour violation des droits de l’Homme

    © REUTERS / Hyungwon Kang
    International
    URL courte
    26132

    L’administration du Président américain étudie la possibilité d’introduire de nouvelles sanctions visant la Chine pour cause de violations des droits de l’Homme, rapporte le quotidien The New York Times, se référant à des sources officielles.

    Sur fond de tensions entre Washington et Pékin, l'administration de Donald Trump étudie la possibilité d'imposer des sanctions à l'encontre de la Chine sous prétexte d'une violation des droits de l'Homme, relate le quotidien The New York Times se référant à des sources officielles.

    Auparavant, un article paru dans le journal dévoilait que des camps de rééducation pour musulmans, situés dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, abriteraient jusqu'à un million d'Ouïghours, peuple turcophone et musulman sunnite. Selon les médias, les autorités chinoises les forceraient à apprendre la langue et les lois chinoises ainsi qu'à acquérir certains savoir-faire nécessaires pour travailler, le rôle de ces camps étant appelé la «transformation».

    Comme l'indique The New York Times, si l'administration du Président américain introduit ces nouvelles sanctions, elles seront ainsi les premières restrictions du genre visant la Chine pour ses enfreintes aux droits de l'Homme.

    Ces nouvelles sanctions pourraient limiter la livraison de technologies de surveillance utilisées notamment pour surveiller les Ouïghours.

    Selon le média, la Maison-Blanche, le département du Trésor des États-Unis ainsi que le département d'État des États-Unis discutent de l'introduction de ces sanctions depuis plusieurs mois.

    De leur côté, les responsables chinois ont appelé ce procédé «transformation par l'éducation» ou «éducation anti-extrémisme». Mais ils n'ont pas reconnu le fait que de grands groupes de musulmans étaient actuellement détenus.

    Pour rappel, une guerre commerciale, à grand coût de sanctions économiques, bat actuellement son plein entre Washington et Pékin.

    Fin août, les États-Unis ont frappé de nouvelles taxes douanières 16 milliards de dollars de produits chinois, déclenchant des représailles immédiates de Pékin, au moment-même de pourparlers bilatéraux.

    Cette nouvelle escalade dans la guerre commerciale porte à 50 milliards de dollars annuels la valeur totale des biens chinois taxés à 25% à leur entrée sur le territoire américain. Un millier de produits sont concernés, notamment des composants électroniques et des machines-outils.

    La Chine, qui promettait de rendre coup pour coup, a réagi immédiatement avec des taxes douanières à 25% ciblant 16 milliards de dollars de biens américains importés. Parmi eux: les motos Harley-Davidson, le bourbon ou le jus d'orange, ainsi que des centaines d'autres produits.

    Le ministère chinois du Commerce a déposé une plainte additionnelle devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC) dans cadre du contentieux en cours avec les États-Unis sur cette série de droits de douane.

    Lire aussi:

    L’Iran «a échangé des musulmans contre du pétrole», selon les États-Unis
    La Chine porte plainte à l'OMC contre l'introduction des nouvelles taxes douanières US
    À la guerre comme à la guerre: la Chine liquide ses obligations américaines
    Tags:
    camp, politique, médias, sanctions, Donald Trump, Chine, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik