International
URL courte
411985
S'abonner

La partie russe ne prête pas attention aux rapports des médias faisant état d'une possible frappe américaine visant ses forces présentes en Syrie, a annoncé mardi le porte-parole du Kremlin.

Moscou ne prend en considération que les déclarations officielles et ne prête pas attention aux rapports médiatiques d'après lesquels Donald Trump étudie la possibilité d'attaquer les militaires russes en Syrie, selon le porte-parole de la présidence russe Dmitri Peskov.

«Nous ne prenons plus au sérieux les rapports des médias car ils se sont complètement discrédités. Nous ne prenons en considération que les déclarations officielles», a déclaré M.Peskov aux journalistes.

Précédemment, The Wall Street Journal se référant à des officiels US sous couvert de l'anonymat avait annoncé que le Président Trump évaluait de possibles frappes visant les forces russes et iraniennes présentes sur le sol syrien en cas d'éventuelle attaque chimique perpétrée par les troupes gouvernementales.

D'autres officiels contactés par le journal n'ont pas confirmé ces informations. Alors que l'armée syrienne s'apprête à lancer une grande opération de reprise de la ville d'Idlib, la partie russe estime que les États-Unis ont l'intention de se servir d'une mise en scène impliquant des armes chimiques dans la région pour effectuer de nouvelles frappes sur la Syrie.

Lire aussi:

Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Un glacier de 500.000 mètres cubes risque de se détacher du Mont Blanc, évacuation en cours
Au moins 16 fonctionnaires du port de Beyrouth, dont le directeur, en détention
La une du Monde sur Beyrouth avec une illustration du caricaturiste Plantu provoque un tollé
Tags:
frappes, attaque chimique, crise syrienne, Donald Trump, Dmitri Peskov, Idlib, Syrie, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook