Ecoutez Radio Sputnik
    Le maréchal Khalifa Haftar

    Haftar vs l’Algérie: le porte-parole de l’armée libyenne remet les pendules à l’heure

    © AP Photo / Mohammed El-Sheikhy
    International
    URL courte
    6171

    Dans une conférence de presse donnée ce lundi 10 septembre, le porte-parole de l’Armée nationale libyenne a démenti que le maréchal Haftar ait la moindre intention belliqueuse à l’égard de l’Algérie, accusant notamment la chaine Al Jazeera d’avoir déformé les propos de ce dernier en lui prêtant une volonté de déclencher un conflit contre l’Algérie.

    Le général Ahmad al-Mismari, porte-parole de l'Armée nationale libyenne (LNA), a accusé le 10 septembre au soir dans une déclaration à la presse la chaîne qatarie Al Jazeera ainsi que d'autres chaînes arabes d'avoir déformé les propos du maréchal Khalifa Haftar, le commandant en chef de la LNA, dans le but de perturber la coopération entre son armée et l'armée algérienne.

    Tout en accusant Al Jazeera d'avoir tenté d'«exploiter» les propos du maréchal Haftar pour porter un coup à «[leurs] relations avec l'Algérie et [leur] coopération solide avec les pays voisins, notamment l'Algérie, pour la surveillance des frontières», le général al-Mismari a affirmé que cette dernière et la Libye étaient «des pays frères ayant un destin commun».

    Selon le porte-parole de la LNA, M. Haftar a justement évoqué, lors de son entretien avec la chaine qatarie, «cette coopération solide avec l'Algérie qui est un pays frère». «Avec les Algériens, nous sommes arabes et musulmans. Nous sommes un seul pays. […] Nos relations ne sont pas uniquement économiques ou politiques, elles sont aussi sociales et historiques», a ajouté M. al-Mismari.

    S'exprimant sur l'incident d'incursion évoqué par le maréchal Khalifa Haftar dans sa déclaration, le général al-Mismari, montrant une carte, a affirmé qu'une «intrusion de certains éléments à l'intérieur des territoires libyens» avait eu lieu, sans préciser leur identité. Il a souligné que «la surveillance des frontières a été confiée, dans certains cas, aux pays voisins dont l'Algérie».

    Pour rappel, suite aux propos le 8 septembre dernier du maréchal Khalifa Haftar, menaçant l'Algérie de guerre suite à une incursion supposée de l'armée algérienne sur le sol libyen, le ministre libyen des Affaires étrangères dans le gouvernement d'union nationale, Mohamad Taher Siala, a appelé le 10 septembre son homologue algérien Abdelkader Messahel pour l'assurer de l'attachement des autorités de la Libye au renforcement des relations bilatérales avec l'Algérie. C'est ce qu'a rapporté la télévison nationale algérienne (ENTV) dans son journal de 13 heures.

    Selon ENTV, le diplomate libyen «a qualifié les propos de Khalifa Haftar "d'irresponsables"». «Il a affirmé que les autorités libyennes sont attachées au renforcement des relations avec l'Algérie», a ajouté la télévision algérienne, en affirmant qu'«il a également loué le rôle joué par l'Algérie dans le cadre des efforts de l'Onu pour parvenir à une solution au conflit libyen».

    De son côté, le chef de la diplomatie algérienne a «rassuré» son homologue libyen, affirmant «qu'aucune déclaration ne peut porter atteinte aux relations fraternelles entre les deux pays», selon cette même source. «Il a affirmé que l'Algérie poursuivra ses efforts en faveur d'une solution politique à la crise libyenne», a précisé ENTV.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    À coups de pastèques! Les Algériens répondent aux menaces du maréchal libyen Haftar
    Les manœuvres «Balayage 2018», la réponse de l’armée algérienne à Khalifa Haftar?
    Paris a-t-il sollicité l’aide d’Alger sur la question de la tenue des élections en Libye?
    Tags:
    déformations des faits, déclaration, guerre, Ahmad al-Mismar, Abdelkader Messahel, Mohamad Taher Siala, Khalifa Haftar, Algérie, Libye
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik