International
URL courte
6321511
S'abonner

Il est possible que les Troupes aérospatiales russes soutiennent l'armée gouvernementale syrienne si la coalition décide de frapper de nouveau le pays, estime un sénateur russe contacté par Sputnik.

En cas de nouvelle attaque de la coalition occidentale contre la Syrie, les Troupes aérospatiales russes pourraient apporter leur soutien aux forces gouvernementales, a indiqué mardi à Sputnik le membre du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement) Oleg Morozov.

Alors que certaines informations faisaient encore récemment état de la préparation d'une provocation aux armes chimiques dans le gouvernorat d'Idlib, le sénateur se déclare persuadé que la coalition occidentale finira par frapper le pays. Or, selon lui, l'éventuelle riposte syrienne «viserait en premier lieu les radicaux».

«Je n'exclus cependant pas que nos Troupes aérospatiales puissent soutenir [l'armée syrienne], mais uniquement si les hostilités sont déclenchées par la coalition occidentale», a souligné M.Morozov.

Lundi, le conseiller de Donald Trump à la sécurité nationale John Bolton avait fait savoir que Washington et ses alliés français et britanniques envisageaient d'opposer une riposte plus ferme en cas de nouvelle attaque chimique sur le territoire syrien.

Précédemment, The Wall Street Journal se référant à des personnalités officielles américaines sous couvert de l'anonymat avait annoncé que le Président Trump évaluait de possibles frappes visant les forces russes et iraniennes présentes en Syrie.

Lire aussi:

Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Un scénario militaire pour «reprendre la Crimée» à la Russie? L’Ukraine a tranché
Entre 40 et 70% de l’humanité sera infectée par le coronavirus dans l’année, alerte un chercheur de Harvard
Tags:
attaque chimique, riposte, crise syrienne, Conseil de la Fédération, coalition anti-Daech, Troupes aérospatiales de Russie, Donald Trump, John Bolton, Oleg Morozov, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook