Ecoutez Radio Sputnik
    Des soldats des forces spéciales algériennes

    Les manœuvres «Balayage 2018», la réponse de l’armée algérienne à Khalifa Haftar?

    CC0 / Mass Communication Specialist Steven Harbour/navy.mil / Algerian Sailors conduct Maritime Interdiction Operations (MIO)
    International
    URL courte
    Kamal Louadj
    9416

    Le 11 septembre à Tindouf, au sud-ouest de l’Algérie, l'armée algérienne a mené des manœuvres à balles réelles, indique un communiqué du ministère de la Défense algérien. Bien que prévus depuis longtemps, ces exercices interviennent 3 jours après les menaces de guerre contre l’Algérie du maréchal Haftar.

    Dans le contexte des déclarations belliqueuses du maréchal libyen Khalifa Haftar à l'égard de l'Algérie, l'Armée nationale populaire algérienne (ANP) a mené ce mardi 11 septembre des manœuvres à balles réelles dans la wilaya de Tindouf, dans le sud-ouest du pays, sous la supervision du général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, chef d'état-major de l'ANP et vice-ministre de la Défense nationale, nous informe un communiqué du ministère de la Défense.

    Suite à ces manœuvres, portant le nom «Iktissah 2018» ou «Balayage 2018», le chef d'état-major de l'ANP a exhorté «l'ensemble des éléments de l'armée à maintenir toujours une parfaite disponibilité pour faire face à tous les actuels et futurs défis afin de pouvoir défendre l'Algérie ainsi que sa souveraineté, sa sécurité et sa stabilité».

    Évoquant le déroulement de l'exercice et les objectifs à atteindre, le même communiqué affirme que «cet exercice tactique avec munitions réelles, exécuté sous le thème "le premier groupement de forces en offensive à partir du contact direct avec l'ennemi" a vu la participation des unités organiques et des unités élémentaires relevant du secteur opérationnel sud de Tindouf et a pour objectif d'examiner l'état-prêt des unités du secteur, ainsi que de perfectionner les commandements et les états-majors à la conduite des opérations, de développer leurs connaissances en matière de planification, de préparation, d'organisation et d'exécution et enfin de les mettre dans des conditions de combat réel».

    Pour rappel, dans une déclaration le 8 septembre à la chaîne qatarie Al Jazeera, Khalifa Haftar avait accusé l'armée algérienne d'avoir fait intrusion sur le sol libyen, menaçant alors d'entrer en guerre contre l'Algérie.

    Le général Ahmad al-Mismari, porte-parole de l'Armée nationale libyenne (LNA), a accusé le 10 septembre au soir, dans une déclaration à la presse, la chaîne qatarie Al Jazeera ainsi que d'autres chaînes arabes d'avoir déformé les propos du maréchal Khalifa Haftar, le commandant en chef de la LNA, dans le but de perturber la coopération entre son armée et l'armée algérienne.

    Tout en accusant Al Jazeera d'avoir tenté d'«exploiter» les propos du maréchal Haftar pour porter un coup à «[leurs] relations avec l'Algérie et [leur] coopération solide avec les pays voisins, notamment l'Algérie, pour la surveillance des frontières», le général al-Mismari a affirmé que cette dernière et la Libye étaient «des pays frères ayant un destin commun».

    Lire aussi:

    Haftar vs l’Algérie: le porte-parole de l’armée libyenne remet les pendules à l’heure
    Manœuvres Balayage 2018 de l’armée algérienne: voici pourquoi Rabat serait inquiet
    À coups de pastèques! Les Algériens répondent aux menaces du maréchal libyen Haftar
    Tags:
    menaces, balles, exercices militaires, Armée nationale populaire algérienne (ANP), Ahmad al-Mismari, Ahmed Gaïd Salah, Khalifa Haftar, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik