Ecoutez Radio Sputnik
    Moscou

    «Russie cruelle»? Lavrov remonte aux sources de l’épouvantail russe

    © Sputnik . Alexander Vilf
    International
    URL courte
    IVe Forum économique oriental (2018) (32)
    10262

    La perception défavorable de la Russie s’est ancrée dans l’opinion publique américaine suite à l’affaire de l’ex-chef de campagne de Donald Trump jugé coupable de fraude fiscale, estime Sergueï Lavrov. Il a réitéré que cette condamnation n’avait rien à voir avec la présumée ingérence russe.

    L'image d'une «Russie cruelle» a été créée suite à l'affaire Paul Manafort, ancien chef de campagne de Donald Trump, poursuivi par l'équipe du procureur Robert Muller dans le cadre d'une enquête sur la présumée ingérence russe, a déclaré Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, lors du Forum économique oriental de Vladivostok.

    «Ils n'y ont trouvé aucune piste russe mais l'image d'une Russie cruelle qui gèrerait tout aux États-Unis est déjà implantée dans l'opinion publique», a-t-il précisé.

    Selon le chef de la diplomatie russe, les Démocrates, qui n'acceptent pas les résultats de la présidentielle américaine de 2016, tentent de trouver un responsable en dehors des États-Unis. Il a tenu à souligner que le système électoral américain n'était pas parfait lui non plus.

    Fin août dernier, Paul Manafort avait été jugé coupable de fraude fiscale et bancaire. Donald Trump avait par la suite souligné que cette décision judiciaire n'avait «rien à voir» avec une collusion russe présumée.

    Dossier:
    IVe Forum économique oriental (2018) (32)

    Lire aussi:

    «En fermant le marché américain à Huawei, Trump a ouvert des possibilités d’investissements chinois accrus en Europe»
    Vidéo de cockpit du crash d’un Boeing dans un lagon en Micronésie
    «Ayez le courage de dire non», Nicolas Hulot alerte sur le CETA
    Tags:
    ingérence russe, Présidentielle américaine 2016, Paul Manafort, Donald Trump, Sergueï Lavrov, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik