Ecoutez Radio Sputnik
    Casques blancs

    «L’Occident a commis une erreur stratégique concernant la Syrie»

    © Sputnik . Morad Saeed
    International
    URL courte
    17701

    Même s’ils s’opposent au règlement en Syrie et torpillent ce processus, les États-Unis ne peuvent influer sur la situation dans ce pays. Les groupes terroristes y essuient une défaite écrasante et Damas a réinstauré son contrôle sur pratiquement tout le pays, sauf sur certaines petites régions, ont rappelé à Sputnik deux politologues iraniens.

    Les États-Unis font tout pour empêcher le gouvernement syrien de combattre les terroristes et recourent pour cela à leur pratique rodée depuis longtemps et bien connue même des personnes très éloignées de la politique, a indiqué à Sputnik Seyed Hadi Barhani, spécialiste iranien des problèmes du Proche-Orient, commentant les résultats du récent sommet irano-russo-turc de Téhéran.

    «Il s'agit du scénario des attaques chimiques qui se répète à chaque succès remporté par l'armée syrienne» sur les terroristes, a précisé l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'expliquer que les États-Unis ne cessaient de recourir à ce scénario provocateur pour dénigrer, d'une part, le gouvernement syrien, et atténuer, de l'autre, l'amertume de leur propre déception aux yeux de l'opinion.

    «Somme toute, j'estime que l'Occident a commis une erreur stratégique concernant la Syrie et que la raison de cette erreur réside dans le fait que les pays occidentaux regardent le Proche-Orient avec les yeux d'Israël. […] Ils évaluent la situation dans la région à partir des positions d'Israël et agissent dans ses intérêts, et non dans leurs propres intérêts», a poursuivi M.Barhani.

    Selon ce dernier, les pays occidentaux, y compris les États-Unis, ont dépensé des milliards de dollars pour renverser le gouvernement de Bachar el-Assad sans parvenir à leur objectif.

    «Et voilà que maintenant, ils paient pour leur "aveugle" politique pro-israélienne», a résumé le politologue.

    Un autre interlocuteur de Sputnik, Seyed Mohammad Marandi, doyen de la faculté d'études nord-américaines à l'Université de Téhéran, a souligné que dès le début la guerre en Syrie avait été soutenue par des étrangers, qu'il s'agisse «des Américains, des Saoudiens et, malheureusement, des Turcs, ainsi que des Émirats arabes unis et d'autres pays».

    «Les États-Unis veulent qu'al-Qaïda* reste leur instrument de pression en Syrie. Qui plus est, les Américains ont envahi eux-mêmes une bonne partie de la Syrie. […] Et maintenant, les États-Unis préparent le terrain pour qu'al-Qaïda*, Hayat Tahrir al-Cham (Front al-Nosra*) et les Casques blancs, qui sont en réalité liés à al-Qaïda*, puissent perpétrer une fausse attaque au nom du gouvernement syrien pour que les États-Unis puissent attaquer une nouvelle fois la Syrie», a conclu l'américaniste iranien.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

     

    Lire aussi:

    Assad: Daech, le Front al-Nosra, Washington, Paris et Riyad agissent de concert en Syrie
    Défense russe: des radicaux d’Idlib lourdement armés prêts à attaquer Hama et Alep
    Assad sur le sort des Casques blancs encore en Syrie
    Tags:
    gouvernement, attaque chimique, terrorisme, Casques blancs syriens, Front al-Nosra, Al-Qaïda, Sputnik, Université d'Etat de Téhéran, Seyed Mohammad Marandi, Seyed Hadi Barhani, Bachar el-Assad, Israël, Occident, États-Unis, Damas, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik