Ecoutez Radio Sputnik
    US and Cuban flags are seen on the balcony of a restaurant in downtown Havana, Cuba March 19, 2016.

    Implication de la Russie dans les «attaques acoustiques» à Cuba? La Havane commente

    © REUTERS / Enrique De La Osa
    International
    URL courte
    7226

    Le ministère ministre cubain des Affaires étrangères a rejeté toutes les spéculations formulées par la chaîne américaine NBS News qui, citant des sources anonymes, a évoqué la Russie comme le pays qui pourrait se trouver derrière les «attaques acoustiques» à Cuba.

    Commentant les informations de NBS News sur la prétendue implication de la Russie dans les «attaques acoustiques » contre des diplomates américains à Cuba et en Chine, le chef du département américain du ministre cubain des Affaires étrangères Carlos Fernandez de Cossio a déclaré que toutes ces accusations étaient sans fondement.

    «L'article de NBC est un jeu dangereux. Il fait allusion à un complot de pays tiers à Cuba sans présente ni preuve ni motivation, il cite des sources anonymes et invente des intrigues. A Cuba, aucun diplomate, aucun pays et aucun pays ne font l'objet d'attaques», a-t-il écrit Twitter.

    ​Le scandale autour d'une «arme sonique» a éclaté à Cuba l'été dernier. Les principaux symptômes observés étaient des nausées, des maux de tête et des pertes auditives. Les «attaques» se produisaient généralement la nuit. Les victimes ont noté avoir entendu des bruits étranges faisant penser à un grincement d'objets métalliques ou au bourdonnement d'un insecte. Certains (essentiellement les femmes) ont affirmé avoir été exposés à ces supposés signaux pendant le sommeil entre novembre 2016 et le printemps 2017.

    Lire aussi:

    Une maladie mystérieuse fait évacuer des diplomates américains de Chine
    «Attaques sonores» à Cuba: l’énigme résolue par des scientifiques
    Cuba: 16 diplomates américains victimes d'«attaques acoustiques»
    Tags:
    attaque, Cuba, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik