Ecoutez Radio Sputnik
    Maurice Audin. Photo d'archive

    Trop loin ou pas assez? avec Maurice Audin, Macron reconnaît la torture en Algérie

    © AFP 2018 STF
    International
    URL courte
    Safwene Grira
    1338

    En «assouplissant» sa position initiale sur la colonisation, synonyme de «crime contre l’humanité», Macron obtient un quasi-consensus autour d’actes de moindre envergure, encore que fort symboliques, comme la reconnaissance de la responsabilité de l’État français dans la mort de Maurice Audin. Des Algériens regrettent plutôt un «revirement».

    Alors qu'Emmanuel Macron peine à se dépêtrer de l'affaire Benalla (Alexandre), une autre «B.A.» en direction de sa gauche vient opportunément faire diversion. En effet, ce jeudi 13 septembre Le Président de la République a «reconnu» la responsabilité de l'État français dans la torture et la mort de Maurice Audin, militant communiste anticolonialiste. Cet universitaire exerçant à Alger avait été enlevé de son domicile, le 11 juin 1957, en pleine guerre d'Alger, sous les yeux de son épouse, Josette Audin, aujourd'hui âgée de 87 ans. C'est auprès d'elle que s'est rendu, jeudi, Emmanuel Macron. La thèse officielle jusqu'en 2014, d'une évasion de prison de ce militant suspecté d'aider le FLN est définitivement abandonnée. Une version commode, qui cédera devant une autre, un peu plus abrupte. Comme beaucoup de vérités.

    ​Dans sa déclaration rendue publique, jeudi, Emmanuel Macron a reconnu, en le regrettant, l'existence d'un «système (qui) s'est institué sur un fondement légal: les pouvoirs spéciaux». À travers «une carte blanche» donnée au Gouvernement «pour rétablir l'ordre en Algérie», «ce système a été le terreau malheureux d'actes parfois terribles, dont la torture, que l'affaire Audin a mise en lumière.»

    Cette reconnaissance avait été déblayée par le travail et les revendications, menées depuis des décennies, par une kyrielle de chercheurs, de journalistes, d'écrivains et de politiciens, principalement au sein parti communiste français (PCF). À ce titre, elle a été saluée en France, et de façon presque attendue, dans la rive sud de la Méditerranée.

    Le ministre algérien des Moudjahidines (anciens combattants), Tayeb Zitouni, a tenu, jeudi, à saluer ce «pas positif» du Président Macron, tout en se félicitant de l'ouverture des archives françaises concernant les disparus de la guerre d'Algérie, également décidée par Macron jeudi.

    La démarche de Macron qui reconnaît la responsabilité française dans l'assassinat de Maurice Audin est positive.

    «C'est une reconnaissance emblématique. L'affaire avait été décriée, comme un scandale, depuis 1957, quand Pierre Vidal Naquet a créé un comité Maurice Audin. Poser ce genre d'actes c'est toujours mieux que d'être dans une politique d'excuses pour avoir faire la guerre, etc. C'est pour ça que je préfère de loin la version actuelle de Macron, Président de la République, à ce qu'il avait déclaré à Alger quand il n'était que candidat», a jugé, Gérard Chaliand, universitaire français, observateur et participant à la décolonisation de l'Algérie, approché par Sputnik.

    L'acte posé le 13 septembre s'inscrit aussi dans une tradition de mea culpa concédés par différents Présidents français, depuis Jacques Chirac, dont la repentance, en 1995, au sujet de la rafle du Val d'Hiv a fait jurisprudence. Avec Nicolas Sarkozy, la colonisation sera «une grande faute», alors que François Hollande concédera «les souffrances que la colonisation a infligées au peuple algérien».

    En se rendant, en décembre 2017 à Alger, Emmanuel Macron accédait à la demande d'universitaires algériens exigeant la restitution de dizaines de restes mortuaires de résistants exposés au Musée de l'homme de Paris. Une copie des archives déclassifiées de la guerre d'Algérie devra également être adressée aux autorités algériennes. L'accueil favorable, en France, de ces mesures «courageuses», aurait été une conséquence de «l'assouplissement» d'une position initiale, assimilant la colonisation à «un crime contre l'humanité». Cette déclaration du candidat Macron, alors en visite à Alger, lui a valu des invectives, de l'extrême droite française, mais aussi de Harkis, ces Algériens qui, durant la guerre, avaient choisi la France, laquelle les abandonnera en 1962, de l'aveu même de François Hollande.

    ​Aujourd'hui, on souffre, dans des cercles d'extrême droite en France, que Macron agisse à l'intérieur de la limite supérieure qu'il avait lui-même fixée en évoquant les «crimes contre l'Humanité» de la France en Algérie, sans jamais l'atteindre, à travers ces mesures symboliques. Ce qui n'empêchera pas Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national (RN), d'évoquer, dans un tweet, le risque de «division des Français» à travers l'affaire Audin.

    ​D'autres, en revanche, comme l'ex-frontiste Sophie Montel, appellent à traiter le sujet avec plus de «prudence».

    «Si le destin de ce jeune homme est tragique, si la torture est un système ignoble engendré à l'époque par une situation d'exception, il faut savoir demeurer prudent. Les mémoires sont fragiles, corvéables et particulièrement peu mesurées, car elles suscitent les passions: réécrire l'Histoire pour satisfaire à des besoins électoraux ou actuels est une tentation trop présente parmi nos plus récents dirigeants», a déclaré l'eurodéputée à Sputnik, en précisant que si le président de la République «mène une politique globalement de droite, (il) donne des symboles à manger à la gauche».

    Brahim Snouci, écrivain et militant algérien, est pour sa part d'accord pour concéder une visée politicienne à cette démarche présidentielle. Macron a en effet reconnu la torture, comme système pratiqué en Algérie, en partant symboliquement du cas d'un Français communiste, pas d'un Algérien encarté FLN, même si l'ouverture des archives concernera tous les disparus, Algériens et Français.

    «Le fait que cette reconnaissance soit concomitante avec la fête de l'Humanité montre bien que le souci de faire de cet événement un moyen de se refaire la cerise…», a-t-il déclaré à Sputnik

    Loin de cette position, beaucoup d'Algériens, eux, évoquent un «revirement» d'Emmanuel Macron.

    Ce qui s'est passé avec Maurice Audin est exactement ce qui s'est passé avec Larbi Ben Mehidi, qui est mort sous la torture, après avoir été arrêté. Est-ce que la France présentera aussi ses excuses à sa famille, ou aux centaines de milliers d'Algériens morts sous la torture, comme Audin? La réponse est connue d'avance.

    Tout de même, cette décision s'inscrit dans une série de mesures positives, comme la restitution des restes mortuaires ou l'ouverture des archives des disparus. À ce titre, l'affaire Maurice Audin pourrait bien constituer un pas supplémentaire envers l'apaisement des mémoires, reconnaît Brahim Senouci, à condition, toutefois, «d'avancer sans arrière-pensées.»

    «Pour qu'on puisse parler de réconciliation, il faut que la France revisite la carte mentale du XIXe siècle qui lui a permis de coloniser et de réduire en esclavage. Pas de réconciliation sans égalité des partenaires. Certains citent l'exemple de la réconciliation franco-allemande. Exemple non pertinent. La France et l'Allemagne étaient deux nations égales, plongées dans le même bain culturel. La réconciliation allait de soi, ou presque. Pour preuve, il n'est venu à l'idée d'aucun Allemand de décapiter un Français et inversement, encore moins de mettre les têtes dans des musées!»

    Mais les différents blocages autour de la question demeurent aussi, de part et d'autre, une question de fierté. Une variable qui a longtemps structuré le paradigme des relations entre l'Algérie et la France. Il y a 188 ans, quand l'armée française commandée par le général de Bourmont débarquait sur la presqu'île de Sidi Ferruch, c'était moins pour coloniser l'Algérie, disait-on, que pour laver un affront. Un «coup d'éventail» donné par le Dey d'Alger au consul de France. La capitulation et la prise d'Alger a lieu le 5 juillet 1830. Ce sera un autre 5 juillet 1962, que l'Algérie triomphera du colonialisme. Hasard du calendrier?

    Lire aussi:

    Algérie-France: «La repentance est avant tout une question franco-française»
    Après Maurice Audin, Macron reconnait et réhabilite les harkis dans leurs droits
    «Système» recourant à la torture pendant la guerre d'Algérie: Paris fait son mea culpa
    Tags:
    colonisation, Maurice Audin, Tayeb Zitouni, Emmanuel Macron, Algérie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik