Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump

    Guerres commerciales: quels objectifs s’assignent les USA?

    © AP Photo / Alex Brandon
    International
    URL courte
    IVe Forum économique oriental (2018) (32)
    319

    Sur fond de guerres commerciales que Donald Trump déclenche à présent, que ce soit contre la Chine ou l’Union européenne, bien des questions se posent sur l’évolution ultérieure de la situation. Sputnik s’en est entretenu avec un spécialiste russe dans ce domaine en marge du Forum économique oriental à Vladivostok.

    N'importe quelles guerres, y compris des guerres commerciales, sont menées pour obtenir les meilleures conditions après la conclusion de la paix, a indiqué à Sputnik Alexandre Daniltsev, directeur de l'Institut de la politique commerciale associé à l'École des hautes études en sciences économiques (EHESE) de Moscou.

    «Il est très difficile de prévoir ce que va faire M.Trump. […] Or, nous avons déjà observé une situation similaire dans les années 1980, ce qui était notamment liée à la "reaganomie". À l'époque, Reagan faisait à peu près la même chose, en attirant notamment les capitaux aux États-Unis», a déclaré l'interlocuteur de l'agence.

    Et de rappeler que les États-Unis avaient alors réalisé une certaine percée technologique, en confortant radicalement leurs positions.

    «Je pense qu'à présent, il s'agit d'un scénario à peu près pareil et ce d'autant plus que nous sommes sans doute au seuil de changements très sérieux», a supposé M.Daniltsev.

    Selon ce dernier, la situation pourrait évoluer de la sorte: suite à une percée technologique, le monopole d'un État ou de quelques pays se crée qui deviennent une plateforme d'un développement accéléré et en écrèment les résultats.

    «Par la suite, ils [ces États, ndlr] choisissent leurs partenaires comme bon leur semble. Tous feront la queue, rivalisant les uns avec les autres, afin de pénétrer dans ce club», a estimé le spécialiste.

    Et de prévenir que cette situation était très dangereuse.

    «Il s'agit de renforcer le système multilatéral. Plus rapidement et plus profondément l'Organisation mondiale du commerce (OMC) affirmera ses compétences et ses principes, moins d'espace restera pour exploiter les résultats des guerres commerciales à l'avenir», a expliqué l'expert.

    Il a souligné que la réussite des Américains allait dépendre, entre autres, de la résistance du reste du monde.

    «Quant à ma comparaison avec la situation sous Reagan, celle d'aujourd'hui est quand même fondamentalement différente. C'est qu'il y a à présent la Chine, il y a aussi l'Asie qui a radicalement progressé, il y a, enfin, l'Union économique eurasiatique (UEEA). Quant à l'Union européenne, elle n'est pas aujourd'hui dans une très bonne forme pour tenir tête aux Américains. Quoi qu'il en soit, je ne pense pas que le plan américain puisse être réalisé à 100%», a déclaré M.Daniltsev.

    Par ailleurs, l'interlocuteur de Sputnik a dit ne pas croire possible de renoncer au dollar, en passant rapidement et partout aux monnaies nationales dans les échanges commerciaux, bien que cela soit possible dans certains cas et surtout quand le commerce entre les pays est suffisamment équilibré.

    «Il arrive souvent que les pays vendent une ressource à un partenaire pour en acheter une autre à un pays tiers. Et dans un tel cas, un faudra convertir le dollar ou une autre devise. C'est pourquoi ce n'est pas un moyen universel», a-t-il conclu.

    Dossier:
    IVe Forum économique oriental (2018) (32)

    Lire aussi:

    La guerre commerciale pourrait provoquer une récession aux USA en 2019
    Guerre commerciale entre la Chine et les USA: on n’en est pas là, du moins pas encore
    Dans la guerre commerciale imposée par les USA, la Chine est prête à épauler l’Europe
    Tags:
    États-Unis, guerre commerciale, percée, capital, résultats, monopode, technologies, IVe Forum économique oriental (2018), École des hautes études en sciences économiques (EHESE), OMC, Sputnik, Union européenne (UE), Alexandre Daniltsev, Donald Trump, Ronald Reagan, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik