International
URL courte
381112
S'abonner

La porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova a répondu aux médias au sujet du choix entre un nouveau train de sanctions et l’acceptation d'inspecteurs sur les sites chimiques russes, posé par le département d'État américain.

Moscou a qualifié d’illégitimes les exigences de Washington d’ouvrir l'accès à ses sites chimiques à des observateurs internationaux, ajoutant qu’il n’envisageait pas d'y réagir.

«Nous n’envisageons bien évidemment pas d’accomplir à titre unilatéral ou même de réagir à des exigences de Washington, qui sont illégitimes, sur le ton de l’ultimatum et sortant du cadre de la CIAC [Convention sur l'interdiction des armes chimiques, ndlr], au sujet d’inspections supplémentaires sur le sol de la Fédération de Russie basées sur telle ou telle loi interne américaine», a répondu la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova à la question posée par les journalistes.

Elle a précisé qu’en septembre 2017 la Russie avait mené à bien la destruction de stocks nationaux d’armes chimiques et ce sous le strict contrôle international et continue à honorer tous les autres engagements pris dans le cadre de la CIAC.

Et de conclure que les États-Unis auraient mieux fait de remplir leurs engagements et de liquider leur propre arsenal d’armes chimiques.

Rappelons que la vice-secrétaire d'État aux affaires économiques et commerciales Manisha Singh avait fait savoir jeudi que les États-Unis pouvaient ne pas introduire un nouveau train de sanctions rudes à l'encontre de la Russie dans le cadre de l'affaire Skripal si Moscou autorise des inspections sur tous ses sites chimiques.

Lire aussi:

Les Français tués au Niger étaient en mission humanitaire, selon la Défense nigérienne
Six touristes français tués dimanche au Niger par des hommes armés
Dispersion des manifestants à Minsk, la police utilise des grenades assourdissantes - vidéos
Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
Tags:
sites chimiques, inspections, sanctions, Maria Zakharova, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook