International
URL courte
27527
S'abonner

Le chef de la diplomatie luxembourgeoise semble avoir oublié le politiquement correct. Vendredi, en interrompant l’intervention de Matteo Salvini, il s’est permis une réplique grossière.

Le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, Jean Asselborn, n'a pas réussi à garder ses émotions lors du discours du ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini qui était en train de s'exprimer sur le problème migratoire ce vendredi à Vienne.

Après que M. Salvini a déclaré que l'Italie ressentait l'exigence d'aider ses «enfants à faire d'autres enfants» plutôt qu'«avoir de nouveaux esclaves», le ministre luxembourgeois l'a interrompu en indiquant qu'au Luxembourg il y avait des «dizaines de milliers d'Italiens» venus «comme migrants». Il a fini sa réplique par «Merde!».

«Quelqu'un de bien éduqué m'aurait laissé terminer mon intervention», a réagi le ministre italien.

Plus tard, ce dernier s'est indigné sur son compte Twitter du comportement du responsable luxembourgeois.

«Il compare nos grands-parents à des migrants clandestins d'aujourd'hui, veut plus d'immigrants en Europe et conclut en hurlant: "Merde". Mais le Luxembourg, ce paradis fiscal qui ne peut donner de leçons à l'Italie, n'a trouvé personne de plus normal comme ministre?»

​Matteo Salvini a pris à plusieurs reprises une position ferme au sujet de l'accueil des migrants par son pays. À la mi-août, il a refusé d'accueillir le bateau humanitaire Aquarius avec 141 migrants à bord dans un port italien en appelant à lutter contre les trafiquants d'êtres humains et leurs complices.

Lire aussi:

L’UE réagit aux sanctions contre l’Iran rétablies unilatéralement par les États-Unis
Notre-Dame: les experts forestiers jugent la nouvelle charpente en chêne «résolument moderne» - vidéo
Il rate son arrêt de train et menace une contrôleuse avec un couteau en Savoie
Des policiers visent la foule lors d’un contrôle de masque qui dégénère à Paris - vidéo
Tags:
insulte, migrants, Matteo Salvini, Jean Asselborn, Luxembourg, Italie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook