Ecoutez Radio Sputnik
    Guy Laliberté

    Point gratuit: le fondateur du Cirque du Soleil devra payer pour son vol spatial de 2009

    © Sputnik . Mikhail Fomichev
    International
    URL courte
    162

    Le fondateur du Cirque du Soleil, Guy Laliberté, devra payer un impôt sur la mission spatiale qu’il a effectuée en 2009. Bien que le milliardaire affirme qu’il s’agit d’un voyage d’affaires, la justice canadienne en a jugé autrement.

    La Cour canadienne de l'impôt a constaté que Guy Laliberté, fondateur et chef de la direction du Cirque du Soleil, devra payer un impôt sur son séjour dans la Station spatiale internationale qui lui a coûté environ 42 millions de dollars canadiens (environ 28 millions d'euros), informe la chaîne canadienne CTV.

    Ce montant initialement payé par l'homme d'affaires lui a été ultérieurement remboursé puisque, selon M. Laliberté, il s'agissait d'un voyage d'affaires effectué dans le cadre de la campagne promotionnelle du Cirque du Soleil.

    Néanmoins, la justice canadienne a constaté que les «raisons personnelles» y étaient prépondérantes. Le juge a rappelé que Guy Laliberté s'était présenté à plusieurs reprises comme étant «un touriste spatial». Il devra désormais payer à l'État environ 20 millions de dollars canadiens (environ 13 millions d'euros).

    Le porte-parole de Guy Laliberté a, à son tour, indiqué que l'homme d'affaires avait réglé tous ses impôts. Il n'a pas précisé si ce dernier entendait contester la décision de la cour.

    En 2009, Guy Laliberté a passé 12 jours dans la Station spatiale internationale où il s'était rendu en vaisseau spatial russe Soyouz. Il est devenu le premier touriste de l'espace.

    Lire aussi:

    Le gouvernement canadien dépense des millions pour de la pub sur Facebook et Instagram
    Un Сanadien gagne plus de 20 millions d’euros
    L’ambassade russe au Canada qualifie d’«insensé» le nouveau train de sanctions
    Tags:
    impôt, espace, ISS, Cirque du Soleil, Guy Laliberté, Canada
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik