International
URL courte
174
S'abonner

Désarmée en 2015, l’Alfonso Ceirquera, ancienne corvette de la marine portugaise, a été sabordée à Madère pour faire de sa coque, préalablement dépolluée, un récif artificiel pour les plongeurs. La biologiste Larissa Barbosa en a parlé à Sputnik.

L'Alfonso Ceirquera fait partie des quatre vieux bâtiments de la Marinha choisis pour servir de récifs artificiels dans l'archipel de Madère dans le but de développer le tourisme subaquatique. Cette corvette a été spécialement sabordée le 4 septembre, a raconté à Sputnik Larissa Barbosa, biologiste portugaise.

Alfonso Ceirquera, ancienne corvette de la marine portugaise
© Photo. Armada de Portugal
Alfonso Ceirquera, ancienne corvette de la marine portugaise

«N'importe quelle structure qui ne pollue pas l'environnement peut devenir un récif artificiel. Une fois océanisée, une telle structure devient un foyer pour la vie marine et la faune. Une telle opération demande une planification scrupuleuse car il s'agit d'une ingérence directe dans le milieu marin», a expliqué l'interlocutrice de l'agence.

On prépare au sabordage l'ancienne corvette de la marine portugaise Alfonso Ceirquera
© Photo. Armada de Portugal
On prépare au sabordage l'ancienne corvette de la marine portugaise Alfonso Ceirquera

Et d'ajouter que, pour saborder le navire, 16 engins explosifs avaient été utilisés et qu'à présent sa vieille coque se trouvait à une profondeur de 30 mètres.

«Le bateau a coulé rapidement, et les plongeurs l'ont confirmé, en vérifiant par ailleurs si tous les engins explosifs avaient bien fonctionné et ne représentaient plus aucun danger», a annoncé le service de presse de la marine.

Lire aussi:

Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Joachim Son-Forget dément avoir voulu secourir les otages français en Irak avec Alexandre Benalla
Zemmour à Jack Lang: «Vous êtes l’idiot utile des Frères musulmans» - vidéo
Un scénario militaire pour «reprendre la Crimée» à la Russie? L’Ukraine a tranché
Tags:
corvette, marine, environnement, Marine portugaise, Sputnik, Larissa Barbosa, Madère, Portugal
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook