Ecoutez Radio Sputnik
    Raqqa

    Des cas de choléra enregistrés à Raqqa

    © Sputnik . Hikmet Durgun
    International
    URL courte
    11215

    La ville syrienne de Raqqa, détruite à 70% par les bombardements de la coalition menée par les États-Unis, connaît une situation sanitaire et épidémique très lourde, des cas de dysenterie et même de choléra étant enregistrés, faute d’accès à de l’eau potable.

    La population de Raqqa, ex capitale de Daech*, en Syrie, libérée en octobre dernier et contrôlée par les Forces démocratiques syriennes soutenues par les États-Unis, n'a pas d'accès à l'eau potable, a déclaré un porte-parole du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

    «Les habitants, forcés de revenir des camps de déplacés, souffrent de manque de produits alimentaires et de produits de première nécessité. Une épidémie de dysenterie sévit dans la ville, des cas de choléra ont été enregistrés», a fait savoir le lieutenant-général Vladimir Savtchenko.

    Les protestations et les manifestations contre la politique des Forces démocratiques syriennes organisées à Raqqa depuis deux jours par les citadins sont réprimées, selon les informations dont il dispose.

    La situation humanitaire dans la ville reste tendue depuis des mois, bien que des écoles, des établissements, des entreprises et des logements soient déjà en voie de reconstruction. Des milliers de cadavres se putréfiaient en avril dernier sous les débris de la ville, détruite à 70% suite à des bombardements effectués par l'aviation américaine.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Raqqa, l'ancienne «capitale» de Daech, en proie à l'anarchie totale?
    Moscou pointe une nouvelle menace qui pèse sur Raqqa
    Lavrov: une mission d'évaluation de l'Onu sera envoyée à Raqqa
    Tags:
    dysenterie, choléra, épidémie, santé, Vladimir Savtchenko, Syrie, Raqqa
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik