Ecoutez Radio Sputnik
    Le lieu du crash du Boeing malaisien dans le Donbass

    MH17: Moscou possède des preuves de l'implication de Kiev dans le crash

    © Sputnik . Mikhail Voskresenskiy
    International
    URL courte
    18627

    Le ministère russe de la Défense affirme avoir intercepté des conversations entre des militaires ukrainiens qui prouvent l'implication de Kiev dans le crash du MH17 dans le Donbass en 2014.

    L'enregistrement d'une conversation entre militaires ukrainiens obtenu par la partie russe confirme la responsabilité de Kiev dans la catastrophe du Boeing malaisien en Ukraine, a déclaré lundi le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.

    L'entretien en question a eu lieu en 2016 en marge d'exercices militaires tenus dans la région d'Odessa. Un des participants à la conversation évoque entre autres la possibilité d'«abattre un autre Boeing malaisien», explique le porte-parole.

    Selon lui, toutes les informations recueillies par Moscou dans ce dossier ont été remises au groupe d'enquête conjoint.

    Le Boeing 777 de la compagnie aérienne Malaysia Airlines effectuant la liaison Amsterdam — Kuala-Lumpur s'est écrasé le 17 juillet 2014 dans l'est de la région de Donetsk, théâtre d'une confrontation meurtrière entre forces gouvernementales et brigades populaires locales. Tous les 283 passagers de l'avion et les 15 membres d'équipage ont péri dans le crash.

    Moscou accuse Kiev d'être derrière la catastrophe, alors que la partie ukrainienne, soutenue par les États-Unis et l'Union européenne, affirme que le Boeing malaisien a été abattu par les insurgés du Donbass.

    Lire aussi:

    Poutine: les USA ont des données sur le crash du MH17 mais ne les dévoilent pas
    Déclassification au point mort: des documents sur le MH17 pourront rester secrets
    Moscou: l’enquête de Bellingcat sur le crash du MH17 «ne donne pas de réponses»
    Tags:
    preuves, crise en Ukraine, enquête, crash d'avion, Boeing 777-200, Malaysia Airlines, ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, Donbass, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik