International
URL courte
10521
S'abonner

Dans le contexte des informations diffusées par le journal suisse Tages Anzeiger selon lesquelles «deux espions russes» auraient tenté au printemps de pirater un laboratoire suisse lié à l'affaire Skripal et auraient été arrêtés aux Pays-Bas, le ministère russe des Affaires étrangères a convoqué les ambassadeurs des deux pays.

Les ambassadeurs néerlandais, Renée Jones-Bos, et suisse, Yves Rossier, ont été convoqués par le ministère russe des Affaires étrangères. Leur invitation est liée à «une campagne amplifiant sans cesse les rumeurs d'espionnage» aux Pays-Bas et aux «accusations infondées prononcées ces derniers temps quant au renforcement de l'activité des services secrets russes en Suisse» respectivement.

«L'attention de la partie néerlandaise a été attirée sur l'inadmissibilité des provocations à travers des spéculations médiatiques, y compris celles concernant les problèmes les plus aigus de la politique internationale, qui pourraient causer des dommages supplémentaires aux relations bilatérales déjà torpillées», a déclaré la mission diplomatique dans un communiqué.

En outre, le ministère a exigé des explications du diplomate suisse «en lien avec les accusations sans fondement contre notre pays au sujet du renforcement de l'activité des services spéciaux russes en Suisse et l'implication de certains "agents russes" dans "des actions illégales dirigées contre des infrastructures suisses importantes"».

La poursuite d'une telle rhétorique de confrontation pourrait causer un grave effet sur les relations russo-suisses, a noté le ministère russe des Affaires étrangères. M. Rossier a promis d'informer Bern de la position russe.

À en croire le journal suisse Tages-Anzeiger, qui affirme avoir mené une enquête en collaboration avec le quotidien néerlandais NRC, deux espions russes présumés auraient été interceptés à La Haye par le service de renseignement militaire néerlandais (MIVD) avant d'être renvoyés en Russie. Ces deux personnes sont notamment soupçonnées d'avoir voulu pénétrer dans le réseau informatique du laboratoire de Spiez, l'institut suisse pour la protection contre les menaces et les risques atomiques, biologiques et chimiques.

Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que ces accusations étaient dénuées de tout fondement et l'ambassade russe en Suisse a considéré «ce genre d'inventions comme tout bonnement absurdes».

Lire aussi:

Le pass sanitaire en cause? L’institut Pasteur améliore ses pronostics pour la quatrième vague
Licenciement en cas de non-vaccination? La droite dénonce «une volonté de revanche sur le dos des salariés»
Un mort et un autre en réanimation: en Occitanie, le vaccin Pfizer accusé de tuer «des jeunes en pleine forme»
Plus besoin d’autorisation parentale pour vacciner les ados de 16 ans: «Le gouvernement ouvre une boîte de Pandore»
Tags:
ambassadeur, médias, rumeurs, arrestation, accusations, hystérie, espionnage, relations bilatérales, Renée Jones-Bos, Yves Rossier, La Haye, Pays-Bas, Suisse, Moscou, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook