Ecoutez Radio Sputnik
    Téhéran

    Téhéran répond aux accusations de Rabat quant à sa politique en Afrique

    © Sputnik . Sergei Mamonov
    International
    URL courte
    10172

    Téhéran réfute catégoriquement les accusations de Rabat quant à sa prétendue politique hégémonique en Afrique du Nord et de l’Ouest. C’est ce qu’a affirmé, le 18 septembre à Téhéran, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, en soulignant son attachement aux relations basées sur le respect mutuel avec les pays africains.

    Les accusations du Maroc portées à l'adresse de l'Iran concernant une prétendue volonté hégémonique en Afrique du Nord et de l'Ouest sont sans fondement. C'est ce qu'a déclaré, le 18 septembre, Bahram Qassemi, le porte-parole du ministre iranien des Affaires étrangères, lors d'une conférence de presse, en affirmant que son homologue marocain, Nasser Bourita, avait répété «les mêmes affirmations de ceux qui cherchent à semer la discorde dans le monde musulman».

    «Les déclarations du ministre marocain des Affaires étrangères, publiées dans l'un des médias américains néoconservateurs les plus extrémistes et racistes [le site américain Breitbart, ndlr], sont plus cohérentes avec le régime anti-africain actuel de la Maison-Blanche qu'une vision réaliste des problèmes en Afrique», a déclaré le diplomate iranien.

    Tout en rejetant les accusations du ministre marocain des Affaires étrangères et de la coopération internationale, le responsable iranien a affirmé que «les relations de la République islamique d'Iran avec les pays africains ont toujours été fondées sur le respect mutuel de la souveraineté nationale et l'élargissement des bases d'une coopération commune.»

    Selon M.Qassemi, «au lieu de prêter attention aux intérêts à long terme du Maroc et de ses habitants dans les relations extérieures, ce pays africain fait des déclarations précipitées dictées par d'autres personnes sous la pression de tiers.» Dans le même sens, tout en rappelant que Rabat avait rompu ses relations avec l'Iran deux fois en une décennie, le diplomate iranien a souligné que ceci «montre que le pays n'a pas de stabilité dans ses relations extérieures».

    L'Iran continue sa stratégie d'extension de son influence dans la région d'Afrique du Nord et de l'Ouest, particulièrement dans les pays de la côte atlantique, en s'appuyant sur l'aide du Front Polisario. C'est ce qu'avait affirmé le 17 septembre Nasser Bourita, ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, dans un entretien accordé au site américain Breitbart, rapporte l'agence de presse officielle marocaine MAP.

    «L'Iran veut utiliser son soutien au Polisario pour transformer le conflit régional, entre l'Algérie et le Polisario d'un côté et le Maroc de l'autre, en un moyen à même d'étendre son pouvoir en Afrique du Nord et de l'Ouest, particulièrement dans les États de la côte atlantique», avait déclaré le diplomate, en précisant qu'il ne s'agissait-là que «d'une facette de l'offensive» que menait Téhéran en Afrique.

    Concernant la «connexion» présumée entre le mouvement chiite libanais Hezbollah et le Front Polisario, le ministre marocain avait expliqué que cette dernière revêtait un caractère «très dangereux» pour l'Afrique du Nord. Selon lui, étant un mouvement armé, le Polisario constitue un «avantage pour l'Iran puisqu'il connait la région. Ce [les éléments du Front Polisario, ndlr] sont des trafiquants. […] Ils connaissent les routes», avait-il lancé.

    Lire aussi:

    Un «prétexte» pour une rupture diplomatique? L’Iran dément les accusations du Maroc
    Satisfecit marocain après un projet de résolution US condamnant des «liens» Iran-Polisario
    Le Maroc envisage de rompre ses relations diplomatiques avec l’Iran
    Tags:
    relations diplomatiques, relations bilatérales, accusation gratuite, Front Polisario, Hezbollah, Nasser Bourita, Bahram Qassemi, Afrique du Nord, Afrique de l'Ouest, Iran, Maroc
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik