Ecoutez Radio Sputnik
    L'Euphrate

    Stratégie d’Ankara: «empêcher les tentatives des USA de s’affirmer à l'est de l'Euphrate»

    © Sputnik . Mikhail Alaeddin
    International
    URL courte
    1236

    Cherchant à renforcer leur présence sur le territoire syrien à l'est de l'Euphrate, les États-Unis y créent de nouvelles bases militaires et poursuivent leur soutien aux Unités de protection du peuple kurde (YPG), ce qui est contraire aux intérêts de la Turquie, ont constaté des politologues turcs dans un entretien accordé à Sputnik.

    Les Américains s'appliquent à élargir leur sphère d'influence à l'est de l'Euphrate en soutenant les Kurdes, mais leurs efforts sont vains car la Turquie reste ferme dans sa détermination à les en empêcher, a déclaré à Sputnik Özdemir Akbal, spécialiste des relations internationales.

    «Les États-Unis essaient d'élargir leur zone d'influence, notamment sur les territoires à l'est de l'Euphrate. Il est évident que ces démarches de Washington ne répondent pas aux intérêts de la Turquie», a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'ajouter que les divergences entre Ankara et Washington se maintenaient, ce qui s'expliquerait avant tout par le fait que les États-Unis n'ont toujours pas renoncé à leur soutien au Parti de l'union démocratique (PYD), qualifié d'organisation terroriste par Ankara.

    «Quoi qu'il en soit, la stratégie politique d'Ankara consiste justement à empêcher les tentatives des États-Unis de s'affirmer à l'est de l'Euphrate, en soutenant les unités kurdes. Je pense que les États-Unis n'y réussiront pas», a résumé Özdemir Akbal.

    Un autre interlocuteur de Sputnik, l'observateur politique Ceyhun Bozkurt a estimé pour sa part que malgré les opérations menées par la Turquie, les Américains ne renonceraient pas à leurs projets concernant la Syrie.

    «Nous voyons que chaque jour la présence des États-Unis sur les territoires à l'est de l'Euphrate s'élargit. […] Les Américains en ont besoin pour réclamer à l'avenir, notamment à la table des négociations sur le règlement syrien, la création d'une région kurde autonome», a souligné M.Bozkurt.

    Avant d'expliquer que la construction de nouvelles bases américaines était notamment destinée à garantir la sécurité d'une telle région autonome à l'avenir.

    «Il est évident que ces démarches pourraient avoir des conséquences extrêmement négatives pour la Turquie», a estimé le journaliste.

    Selon ce dernier, la Turquie doit avant tout poursuivre sa participation au processus d'Astana, persuader ses alliés dans le cadre de ce processus et l'Irak de la nécessité de combattre contre le Parti de l'union démocratique (PYD) et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

    «Et le principal est de coopérer avec le gouvernement syrien. […] Le règlement du problème d'Idlib et de la situation sur les territoires à l'est de l'Euphrate demande un dialogue direct entre les parties. La situation d'incertitude dans cette question doit être résorbée au plus vite», a prévenu M. Bozkurt.

    Lire aussi:

    La stratégie US au Proche-Orient décrite par l’ancien chef du renseignement militaire turc
    Pour beaucoup, le soutien américain des Kurdes en Syrie rappelle l’apparition d’Al-Qaïda
    «On constate un refroidissement sensible entre les Kurdes et Damas»
    Tags:
    États-Unis, dialogue, gouvernement, Kurdes, base militaire, Unités de protection populaire kurdes (YPG), Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Parti de l'Union démocratique (PYD) kurde syrien, Sputnik, Ceyhun Bozkurt, Özdemir Akbal, Irak, Astana, Euphrate, Syrie, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik