International
URL courte
7241
S'abonner

Damas a accueilli avec satisfaction l’initiative conjointe de Moscou et d’Ankara sur Idlib, l’accord actant la création d’une zone démilitarisée sous contrôle russo-turc dans ce gouvernorat syrien et témoignant d’un rapprochement progressif des positions des parties, ont estimé des politologues syrien et turc dans un entretien accordé à Sputnik.

La rencontre entre les Présidents russe et turc à Sotchi a sans doute évité des provocations annoncées dans le gouvernorat syrien d'Idlib, a déclaré à Sputnik Mehmet Yuva, professeur à l'Université de Damas, commentant une éventuelle évolution de la situation sur le terrain.

«Somme toute, la réaction de Damas aux résultats des négociations à Sotchi peut être évaluée comme positive. […] Les troupes gouvernementales syriennes ont pour principal objectif de nettoyer Idlib des terroristes, une tâche qui ne sera pas simple en réalité», a poursuivi l'interlocuteur de l'agence.

Et d'expliquer que des pertes considérables n'étaient pas à exclure, vu la forte concentration de radicaux dans la région.

«Toujours est-il que les décisions adoptées à Sotchi ont prévenu d'éventuels scénarios de provocations à la soi-disant utilisation d'arme chimique dans la région», a résumé le Syrien.

De l'avis d'un autre interlocuteur de Sputnik, Barış Doster, enseignant à l'Université de Marmara, l'accord sur Idlib témoigne du rapprochement progressif des postions d'Ankara et de la Russie au Proche-Orient.

«Les ententes enregistrées à Sotchi montrent que les positions russe et turque sur la question syrienne se sont rapprochées encore plus», a relevé le politologue turc.

Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdoğan se sont entendus à Sotchi afin de mettre en place aux alentours du 15 octobre prochain, le long de la ligne de contact entre les forces gouvernementales et les groupes d'opposition armés dans le gouvernorat d'Idlib, une zone démilitarisée large de 15 à 20 kilomètres. Les ministres de la Défense des deux pays ont signé de leur côté un mémorandum sur la stabilisation de la situation dans la zone de désescalade d'Idlib.

Lire aussi:

Une deuxième vague de Covid-19, «c’est presque certain», affirme un infectiologue japonais
Un homme de 75 ans en sang: les policiers de Buffalo démissionnent par solidarité avec leurs deux collègues suspendus
Tensions dans le centre de Marseille où la police tente de disperser les manifestants - vidéos
Engagement de GI en Tunisie: Washington accuse Moscou et tente de doubler Paris
Tags:
armes chimiques, provocation, radicaux, opposition armée, terrorisme, zone de désescalade, Université de Damas, Sputnik, Université de Marmara, Barış Doster, Mehmet Yuva, Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine, Proche-Orient, Russie, Turquie, Idlib, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook