Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron

    Emmanuel Macron donne des gages aux Algériens «et en même temps» aux harkis

    © Sputnik . Sergey Guneev
    International
    URL courte
    Maxime Perrotin
    18412

    Emmanuel Macron a décidé de décorer une vingtaine de harkis une semaine après avoir reconnu la responsabilité de la France dans les tortures commises durant la guerre d’Algérie et la mort du militant anticolonialiste Maurice Audin, soupçonné d’avoir aidé le FLN, alors ennemi de la France. Geste sincère du Président ou énième coup de communication?

    «Cette vingtaine de Légions d'honneur ne remplace pas le fait de dire ce qui s'est passé, et de dire la responsabilité des uns et des autres. La seule chose que j'attends du chef de l'État c'est qu'il dise ce qui s'est passé —pas ce que j'ai envie d'entendre. Je constate que pas plus lui que ses prédécesseurs —jusqu'à aujourd'hui- ne l'ont fait.»

    Ce vendredi 21 septembre, nous apprenons que vingt-six anciens combattants harkis et représentants d'associations de harkis seront élevés au sein des ordres de la Légion d'honneur et du Mérite. Une décision dont se «félicite» Robert Ménard, maire de Béziers.

    «Quand les choses vont dans le bon sens, il faut le dire», insiste-t-il. Lui-même rapatrié d'Algérie avec sa famille, il n'entend pas polémiquer sur un tel sujet, une «plaie» dans l'Histoire de France, une «cicatrice mal fermée pour le peuple français» estime-t-il. Pour preuve que la plaie est encore purulente, la polémique soulevée par Emmanuel Macron huit jours avant son geste envers les Harkis.

    Le 13 septembre, le Président de la République allait en effet «demander pardon» à la veuve de Maurice Audin, ce jeune militant communiste arrêté par les parachutistes du général Massu le 11 juin 1957 —en pleine bataille d'Alger- car soupçonné d'héberger des combattants indépendantistes, et très vraisemblablement tué par l'armée.

    ​Emmanuel Macron qui, par ailleurs, reconnaissait officiellement le recours à la torture par les forces françaises durant la guerre d'Algérie. Un «moment historique» avait annoncé sur Franceinter, au matin de cette visite présidentielle, le député de la majorité Cédric Villani, qui se présente comme un ami personnel des membres de la famille Audin, tenait à défendre «l'idée d'aller de l'avant, l'idée de regarder la vérité en face.»

    «Si le Président veut s'intéresser à l'Histoire, il doit la regarder des deux côtés et arrêter de sélectionner entre les mémoires. Mais, une nouvelle fois, il a choisi ceux qui se sont battus contre la France.»

    s'indignait Michèle Tabarot, députée Les Républicains (LR), le 18 septembre à l'Assemblée en concluant:

    «Le Président va-t-il enfin s'intéresser à toutes les souffrances et reconnaître la responsabilité de l'État pour les Français d'Algérie, les harkis et les soldats disparus ou assassinés après les accords d'Évian?»,

    Un point de vue que rejoint Robert Ménard, qui attend lui aussi que les langues se délient enfin sur ce terrible conflit, qui ne fut reconnu comme tel qu'en 1999 et que toutes les responsabilités soient clairement reconnues.

    «Aujourd'hui, ce dont on a besoin c'est d'entendre la vérité! […] On en a assez de lire ce qu'on lit sur la guerre d'Algérie dans les manuels d'Histoire de nos enfants, c'est inadmissible! Soit parce que ce sont des mensonges, soit parce qu'on passe sous silence le massacre des harkis et ce qui s'est passé après les accords d'Évian du fait du FLN et de la passivité- pour ne pas dire de la lâcheté- des hommes politiques français.»

    Principales victimes exactions du Front de libération nationale (FLN), les harkis. Ces Algériens musulmans, ayant pris fait et cause pour la France, étaient considérés en Algérie comme des traîtres et furent massacrés, malgré les engagements pris par le FLN lors des accords d'Évian signés le 18 mars 1962 et mettant fin au conflit. «Le nombre de harkis tués après le cessez-le-feu varie selon les estimations des historiens entre 50.000 et 100.000. Environ 90.000 sur les quelque 150.000 recrutés par l'armée française trouvèrent refuge en France,» soulignent nos confrères du Figaro. Une tragédie sur laquelle revient Robert Ménard.

    «Tués est un mauvais mot. Ils ont été massacrés, égorgés, éventrés, brûlés vifs […] Ils ont été abandonnés par la France. Alors que dans les accords d'Évian, entre la France et le FLN, il était prévu qu'ils seraient protégés. On se doit, à l'heure où tout le monde demande pardon à tout le monde de demander pardon aux harkis pour ce qui a été une infamie, une trahison, un abandon, qui s'est traduit par des dizaines de milliers de morts!»

    Des harkis qui ne furent pas les seuls abandonnés à leur sort après les accords d'Évian. Robert Ménard, évoque le terrible massacre du 5 juillet 1962 à Oran, sa ville natale. «Là encore, les chiffres les plus sérieux attestent de 700 à 800 Européens d'Algérie tués, dont une bonne partie est disparue, on n'a jamais retrouvé leurs corps,» souligne-t-il. Un massacre commis trois mois et demi après le cessez-le-feu, deux jours après la reconnaissance officielle de l'indépendance de l'Algérie et quelques heures à peine avant sa proclamation.

    «Je n'ai jamais entendu un responsable politique français- de droite comme de gauche —et pas plus monsieur Macron aujourd'hui, dire que l'Armée française a abandonné ses propres ressortissants!»

    «Le seul officier qui, ce jour-là, a désobéi à sa hiérarchie et est venu au secours des Français d'Algérie embarqués dans les camions du FLN est un officier arabe.»

    Allusion au lieutenant Rabah Kheliff, un Kabyle, qui avec sa compagnie libéra des centaines d'Européens qui étaient dans l'attente de leur exécution, à la Préfecture d'Oran. L'Algérie, une histoire douloureuse, qu'Emmanuel Macron a pourtant choisi de remuer durant la campagne.
    Durant une interview accordée à la chaîne algérienne Echorouk News, en février 2017, le candidat d'En Marche n'avait pas hésité à qualifier la présence française de «crime contre l'humanité».

    Un discours qui avait particulièrement choqué harkis, pieds-noirs et anciens combattants en France. Un discours qui paraît aujourd'hui en totale contradiction avec la remise de ces décorations et élévations en grade à des harkis. Un «En même temps», sur lequel revient Robert Ménard,

    «C'est deux discours tellement opposés… c'est ça de vouloir faire plaisir à tout le monde, à un moment donné ça ne marche plus, et sur une question aussi importante que la guerre d'Algérie, le moins que l'on puisse dire, c'est que le chef de l'État dit une chose et son contraire à quelques mois d'intervalle. J'attends de lui un peu plus de rigueur et plus de compassion pour toutes les victimes et —d'abord- pour ceux qui à ce moment-là ont choisi le camp de la France, le camp de notre pays.»

    Au-delà de l'accent électoraliste de ces deux démarches, il faut rappeler que selon une analyse de 2014, l'IFOP estimait que 7% de la population inscrite sur les listes électorales en France aurait une ascendance pied-noire (personnes déclarant avoir au moins un parent ou un grand parent pied-noir). À cela s'ajoute les 1 à 2 millions de voix harkis estimées par Boaza Gasmi, le président du Comité national de liaison des harkis, dans une interview publiée ce 21 septembre dans Le Figaro.

    En même temps, les Français d'origine algérienne seraient à compter entre les 1,2 million de descendants d'Algériens ayant immigrés en France (chiffre qui ne prend pas en compte les enfants de rapatriés), issus des extrapolations de la démographe Michèle Tribalat, chercheur de l'Institut national d'études démographiques (Ined) et les «quelque 4 millions d'individus, statistique communément admise par les autorités françaises» de binationaux franco-algériens, avancés par la politologue Séverine Labat, chercheur au CNRS, précisant toutefois que ce chiffre est à «manier avec prudence».

    Lire aussi:

    Le sort des harkis au cœur de l’actualité politique française de la rentrée?
    Algérie: le secrétaire général du FLN s’exprime sur la polémique concernant les harkis
    Guerre d’Algérie: l’Etat français condamné pour l’accueil «indigne» des harkis
    Tags:
    harkis, Emmanuel Macron, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik