Ecoutez Radio Sputnik
    Hassan Rohani

    Rohani menace Trump du sort de Saddam Hussein

    © Sputnik . Aleksey Nikolskyi
    International
    URL courte
    248711

    Si Donald Trump ne change pas son attitude à l’égard de Téhéran, le sort de Saddam Hussein lui sera réservé, a prévenu le Président iranien Hassan Rohani.

    Le Président Trump et son pays connaîtront le même destin que Saddam Hussein, si Washington ne révise pas sa politique à l’encontre de Téhéran, a déclaré le Président iranien Hassan Rohani.

    «L’Onu et le Conseil de sécurité ont qualifié Saddam de responsable du début de la guerre [Iran-Irak de 1980 à 1988, nldr] et tous les pays qui l’avaient soutenu avant l’ont regretté. Le même sort attend Trump et l’Amérique», a-t-il déclaré, cité par Press TV.

    Président de l'Irak de 1979 à 2003, Saddam Hussein a été renversé en avril 2003 suite à l'invasion du pays par une coalition internationale dirigée par les États-Unis et le Royaume-Uni. Jugé et condamné à mort par la Cour suprême d'Irak, Saddam Hussein a été exécuté fin décembre 2006.

    Ce 8 mai, Donald Trump a annoncé que son pays se retirait de l'accord signé en 2015 entre les grandes puissances et l'Iran, qui avait accepté d'abandonner son programme nucléaire en échange de la levée d'une partie des sanctions internationales.

    Les signataires européens de l'accord de Vienne, officiellement nommé Plan d'action global conjoint, ont promis de faire tout leur possible pour le sauver, malgré le retrait américain, notamment pour préserver les relations commerciales et les investissements pétroliers qui ont repris après son entrée en vigueur.

    Lire aussi:

    Un «CRS» faisant la fête avec les Gilets jaunes: une révélation inattendue des policiers
    L’avocat de Christian Quesada dégaine une information choc sur la sexualité de son client
    GNL américain: la Chine annonce la sentence
    Tags:
    menaces, guerre, Donald Trump, Saddam Hussein, Hassan Rohani, Iran, Irak, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik