International
URL courte
341430
S'abonner

Considéré comme la deuxième langue la plus parlée en France, l’arabe est toutefois peu étudié dans les écoles de ce pays, son enseignement étant traité de «suspect, voire dangereux», lit-on dans un article de l’hebdomadaire anglais The Economist.

Dans un article intitulé «Enseigner l'arabe en France», l'hebdomadaire anglais The Economist a examiné pourquoi la grande majorité des élèves français n'apprennent pas la langue arabe dans les écoles. Le média a également abordé la réaction des politiciens français à la déclaration du ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, selon laquelle l'enseignement de l'arabe devrait être plus largement diffusé.

«Aujourd'hui, l'arabe est considéré comme la deuxième langue la plus parlée en France et est la source du langage riche des rues. Environ cinq millions de citoyens français ont des racines familiales dans le monde arabe, principalement en Algérie, au Maroc et en Tunisie. Pourtant, l'enseignement de la langue dans les écoles est jugé suspect, voire dangereux. Seulement 13.000 élèves français étudient l'arabe, soit 0,2% de tous les élèves du secondaire qui choisissent une deuxième langue», écrit The Economist dans son article.

Selon le magazine, «il n'est donc pas surprenant» que la grande majorité des élèves français optent pour l'anglais comme première langue étrangère, avec 5,5 millions d'élèves au total inscrits dans des classes du secondaire. Bien que l'allemand eu été autrefois le second choix traditionnel, il a depuis longtemps été dépassé par l'espagnol, précise The Economist.

D'après l'article, la tendance qui se développe le plus en France aujourd'hui est d'apprendre le chinois. Le nombre de ses étudiants a triplé. Actuellement, il y a trois fois plus d'élèves français étudiant le chinois que l'arabe. En effet, l'arabe est enseigné dans peu d'écoles françaises, souligne l'hebdomadaire.

The Economist rappelle ensuite que le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a récemment déclaré que l'enseignement de l'arabe devrait être plus largement diffusé et qu'il devrait être considéré comme une «très grande langue littéraire» et être étudié pas seulement par les élèves d'origine nord-africaine.

Pourtant, l'idée de M.Blanquer a déclenché une série de désagréments, précise l'article. Nicolas Dupont-Aignan, par exemple, l'a qualifiée de «début d'une arabisation de la France». The Economist se souvient que parmi d'autres politiciens n'ayant pas soutenu l'idée du ministre figurent le maire de Béziers Robert Ménard ou le député Louis Aliot.

«À moins que les écoles françaises ne contribuent à faire sortir l'enseignement de l'arabe des imams […], l'arabe restera un emblème de la religion plutôt qu'une langue mondiale respectée comme les autres», résume l'article.

Lire aussi:

Une photo de nouveaux élus faisant des doigts d’honneur déclenche un scandale dans l'Oise
Ce légume est le plus utile pour la santé, affirme un docteur russe
Cette escroquerie leur permet de voler près de 190.000 euros à Cdiscount
Tags:
élèves, langue arabe, mosquée, enseignement, langue, école, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook