International
URL courte
2180
S'abonner

Lors de la réunion des pays de l’OPEP-non OPEP le 23 septembre à Alger, l’organisation a rendu hommage au Président Abdelaziz Bouteflika en soulignant son «rôle distingué» ainsi que celui de son pays dans la stabilisation du marché pétrolier pour l’intérêt des pays producteurs et consommateurs.

L'Algérie et, à sa tête, le Président Abdelaziz Bouteflika ont joué un «rôle distingué» au sein de l'OPEP pour la stabilité du marché pétrolier au profit des producteurs et des consommateurs, a déclaré le 23 septembre Souhail Mohamed Al Mazraoui, le président de l'OPEP, également ministre émirati de l'Énergie, en marge de la réunion du Comité ministériel de suivi de l'accord de réduction de la production pétrolière des pays OPEP-non OPEP (JMMC), pour rendre hommage au Président Bouteflika, selon l'Algérie Presse Service (APS). Le responsable a affirmé que l'organisation avait toujours fait appel à l'Algérie «dans les moments durs» et elle a toujours trouvé le «soutien» du chef de l'État algérien.

«Nous étions venus en Algérie en 2016, une année de turbulence, en tant que pays OPEP et non-OPEP, et nous étions parvenus, grâce aux efforts du Président Bouteflika, à conclure un accord historique qui avait permis un retour de la stabilité du marché du brut», a déclaré le président de l'OPEP. «Grâce à sa sagesse et à son leadership, le Président de la République [algérienne, ndlr] trouve toujours des solutions pour ramener la stabilité du marché pétrolier», a-t-il ajouté, en soulignant que «le minimum que nous puissions faire est de rendre cet hommage mérité à juste titre» au Président Abdelaziz Bouteflika.

Lors de la réunion de l'OPEP, en septembre 2016, à Alger, les pays membres de cette organisation avaient décidé de fixer leur production, dans un intervalle de 32,5 à 33 millions de barils par jour, «et de créer un Comité de haut niveau présidé par l'Algérie en vue d'élaborer les détails de l'accord», selon l'APS. «Ces détails ont été définis dans une proposition algérienne adoptée lors de la réunion de l'OPEP tenue en novembre 2016 à Vienne», selon la même source.

Ce haut comité a mené des négociations avec des pays non membres de l'OPEP. Ces efforts ont abouti à la signature de l'Accord de coopération entre les pays membres de l'OPEP et les pays non-OPEP participants à la réunion de décembre 2016 de l'organisation à Vienne, créant ainsi le JMMC.

Dans ce cadre, à partir du 1er janvier 2017, l'OPEP a décidé d'une réduction de sa production de pétrole d'environ 1,2 million de barils par jour, rejointe par la suite par 11 pays non membres ayant accepté de réduire leur offre de 600.000 barils par jour.

Le JMMC est composé de quatre pays membres de l'OPEP: Algérie, Arabie saoudite, Koweït et Venezuela, et de deux pays non membres: la Russie et Oman. Il est présidé par le ministre saoudien de l'Énergie et co-présidé par son homologue russe.

Pour rappel, le ministre saoudien de l'Énergie Khaled al-Faleh a déclaré, le 23 septembre, à Alger, qu'il ne pouvait pas influer sur les prix du pétrole, réagissant ainsi à la demande de Donald Trump, relate Reuters.

Le 20 septembre, le Président américain a de nouveau appelé l'OPEPà faire baisser les cours du pétrole, en évoquant un lien entre le soutien apporté par les États-Unis aux pays du Moyen-Orient et le prix du baril.

Lire aussi:

Le SDF décédé au commissariat de Béziers filmé lors de son interpellation musclée – vidéo
Covid-19, en continu: la Belgique dépasse la barre des 3.000 morts
Trump réagit à l’envoi de matériel médical par la France à l’Iran
Tags:
rôle, prix du pétrole, stabilité, marché pétrolier, OPEP, Donald Trump, Khaled al-Faleh, Abdelaziz Bouteflika, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook