Ecoutez Radio Sputnik
    Le siège social de Google à Mountain View, en Californie

    Le chef de Google sanctionnerait son personnel pour sa politisation au travail

    © AP Photo / Marcio Jose Sanchez
    International
    URL courte
    690

    Sur fond d’accusations de la part de la Maison-Blanche de manipulations de l’information sur le Net, le PDG de Google, Sundar Pichai, a appelé ses employés à rester impartiaux et les a menacés de sanctions s’ils mélangeaient la politique et le travail.

    Dans une lettre adressée au personnel de Google, le président-directeur général du géant américain, Sundar Pichai, a appelé ses employés à être impartiaux au travail et les a prévenus que leurs actions politisées pouvaient avoir des conséquences.

    «Nous ne publions pas nos produits en faveur de quelque agenda politique que ce soit. La confiance de nos utilisateurs est notre plus grand atout. Nous devons la protéger en permanence. Si un quelconque Googler [employé de Google, ndlr] sape cette confiance, nous le tiendrons pour responsable», a-t-il écrit, cité par les médias.

    Ce message a été rédigé dans le cadre d'une information selon laquelle la Maison-Blanche entendrait lancer une enquête contre Google et d'autres entreprises du domaine du numérique, tels que Facebook et Twitter, à cause de la «partialité des plateformes en ligne».

    Ce n'est pas la première fois que l'administration de Donald Trump accuse Google d'avoir des préjugés. En août, le chef d'État américain l'a accusée de manipuler les résultats de recherche le concernant.

    Auparavant, The Wall Street Journal avait fait savoir qu'en 2017, des employés de Google discutaient de moyens de manipulations de l'information sur la politique migratoire de Donald Trump.

    Lire aussi:

    La police nomme la cause la plus probable de l’incendie de Notre-Dame de Paris, d'après AP
    Le recteur de Notre-Dame de Paris avance une nouvelle cause de l’incendie
    Premières tensions lors de l'acte 23 à Paris: pétards, gaz lacrymogène, barrages brûlés
    Tags:
    manipulation, informations, recherche, PDG, partialité, Twitter, Facebook, présidence américaine, Google, Sundar Pichai, Donald Trump, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik