International
URL courte
15382
S'abonner

Le Président libanais Michel Aoun, élu en octobre 2016, a dénoncé les tentatives d'Israël de fragmenter la région, ainsi que les menaces à l'encontre de son propre pays.

L'État hébreu veut «fragmenter le Moyen-Orient en pièces communautaires et confessionnelles», estime le Président libanais Michel Aoun dans un entretien accordé au Figaro.

«Israël cherche à fragmenter la région en pièces communautaires et confessionnelles, des simulacres d'États, pour assembler un puzzle sectaire», a déclaré l'ancien militaire âgé de 83 ans, élu à la présidence du pays en octobre 2016.

Il a dénoncé les «menaces israéliennes» à l'encontre de la République libanaise ainsi que «la spoliation des droits des Palestiniens» et la suspension de la contribution américaine à l'Office pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA):

«On vient de recevoir un nouveau "cadeau empoisonné": la suspension par le Président Trump de la contribution américaine à l'UNRWA, dont dépendent près de 500.000 Palestiniens au Liban. Cela conduira à implanter définitivement les réfugiés palestiniens dans les pays où ils se trouvent», a expliqué le dirigeant libanais.

Dans le même temps, il a rejeté la possibilité d'une confrontation entre l'Iran et Israël sur le territoire de son pays.

Lire aussi:

Le pass sanitaire en cause? L’institut Pasteur améliore ses pronostics pour la quatrième vague
Licenciement en cas de non-vaccination? La droite dénonce «une volonté de revanche sur le dos des salariés»
Plus besoin d’autorisation parentale pour vacciner les ados de 16 ans: «Le gouvernement ouvre une boîte de Pandore»
Un mort et un autre en réanimation: en Occitanie, le vaccin Pfizer accusé de tuer «des jeunes en pleine forme»
Tags:
Palestiniens, menaces, UNRWA, Donald Trump, Michel Aoun, Proche-Orient, Liban, Iran, Israël
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook