Ecoutez Radio Sputnik
    L'autocéphalie de l'Ukraine serait un «bouleversement historique»

    L'autocéphalie de l'Ukraine serait un «bouleversement historique»

    © REUTERS / Valentyn Ogirenko
    International
    URL courte
    15522

    L'activité anti-canonique du patriarche de Constantinople Bartholomée pourrait conduire à la plus grande des scissions ecclésiastiques.

    Le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung indique que la tentative d'accorder à l'Ukraine l'autocéphalie a été un «bouleversement à l'échelle historique» pour tout le monde orthodoxe. L'auteur de l'article pointe les déclarations des archevêques pendant la réunion du synode du Patriarcat de Moscou: les prêtres de l'Église orthodoxe russe ont parlé «d'ingérence» sur leur territoire.

    Le journal souligne également que les actions de Bartholomée pourraient conduire à ce que l'Église orthodoxe russe rompe le lien eucharistique avec Constantinople, ce qui constituerait «la plus grande scission ecclésiastique depuis que Rome et Byzance ont choisi des voies différentes il y a presque mille ans».

    Les débats autour de l'autocéphalie

    Actuellement, en Ukraine, on trouve l'Église orthodoxe ukrainienne canonique, qui est une Église autonome au sein du Patriarcat de Moscou, ainsi que des structures ecclésiastiques qui ne sont pas reconnues par l'orthodoxie mondiale — le «Patriarcat de Kiev» et l'«Église orthodoxe autocéphale ukrainienne».

    Le président ukrainien Petro Porochenko tente d'obtenir la reconnaissance de structures religieuses non canoniques et la création, sur leur base, d'une Église autocéphale locale commune hors du cadre de l'Église orthodoxe ukrainienne. L'autocéphalie est le statut d'une Église locale indépendante administrativement des autres Églises.

    Le Patriarcat de Constantinople, «dans le cadre de la préparation de l'octroi de l'autocéphalie à l'Église orthodoxe en Ukraine», a nommé en tant qu'exarques à Kiev l'archevêque de Pamphylie Daniel des USA et l'évêque d'Edmonton Hilarion du Canada.

    L'Église orthodoxe russe a condamné ces décisions et a exprimé sa protestation à Constantinople, considérant que la nomination d'exarques en Ukraine constituait une grossière violation des canons ecclésiastiques conformément auxquels les évêques d'une Église locale ne peuvent pas s'ingérer dans les affaires d'une autre.

    Pendant une réunion extraordinaire, le synode de l'Église orthodoxe russe a décidé de suspendre la commémoraison du patriarche de Constantinople Bartholomée pendant les messes. De facto, cela signifie la rupture des relations diplomatiques. L'Église orthodoxe russe a également appelé les chefs des autres Églises locales — quinze au total — à entamer un débat panorthodoxe sur cette situation.

    Dimanche, Bartholomée a annoncé l'octroi prochain de l'autocéphalie à l'Ukraine.

    Lire aussi:

    L’Église russe prédit le début de «quelque chose de terrible» en Ukraine
    Le Saint-Synode russe promet une réponse «dure» aux décisions de Constantinople
    L’Église orthodoxe russe met en garde contre une effusion de sang en cas de schisme
    Tags:
    Patriarcat œcuménique de Constantinople, Eglise orthodoxe russe, Piotr Porochenko, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik