International
URL courte
18681
S'abonner

L’Union européenne créera un système de troc afin de préserver le commerce avec l’Iran tout en échappant aux sanctions américaines.

Dans une tentative de sauver l'accord sur le nucléaire iranien de 2015 malgré la sortie des États-Unis en mai dernier, l'UE a annoncé la création d'un mécanisme pour échapper aux sanctions américaines contre l'Iran.

Selon une déclaration conjointe de la Russie, du Royaume-Uni, de la France, de l'Allemagne, de la Chine, de l'Union européenne et de l'Iran, les Européens créeront un système de troc pour préserver le commerce avec l'Iran. Les États membres vont instaurer une entité légale pour faciliter les transactions financières légitimes avec l'Iran, a expliqué la cheffe de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini, dans une déclaration lue lundi soir conjointement avec le ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif.

«Les membres ont accueilli favorablement les propositions tactiques visant à maintenir et à préserver les canaux de paiement, en particulier l'initiative visant à créer un mécanisme spécial pour faciliter les paiements liés aux exportations de l'Iran, y compris le pétrole, et les importations», a déclaré la cheffe de la diplomatie de l'UE.

«Ce système permettra aux sociétés européennes de continuer à commercer avec l'Iran conformément au droit européen et pourrait être ouvert à d'autres partenaires dans le monde», a-t-elle ajouté.

Les pays de l'UE ont également préconisé la création de moyens sûrs et légitimes de règlement financier avec l'Iran et la préservation de l'exportation de pétrole, de condensat de gaz et de produits pétroliers iraniens en provenance de ce pays.

Le 8 mai dernier, Donald Trump a annoncé que Washington se retirait de l'accord conclu entre l'Allemagne, la Chine, les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et la Russie et l'Iran. En sortant de l'accord, Donald Trump a rétabli une série de lourdes sanctions visant aussi les entreprises ou pays étrangers qui continueraient de faire des affaires avec Téhéran. Sous la menace, nombre de grands groupes comme Total très engagés aux États-Unis ont depuis cessé toute activité avec l'Iran par craintes de représailles américaines.

Le 4 novembre, une nouvelle vague de sanctions frappera directement les exportations de pétrole iraniennes et les opérations bancaires avec ce pays, qui va se retrouver de facto déconnecté des circuits financiers internationaux.

Les autres membres de l'accord iranien se sont prononcés contre cette décision de Washington et ont confirmé leur respect de l'accord. Ces pays élaborent des mesures pour protéger leurs entreprises des sanctions américaines.

Lire aussi:

Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un homme «neutralisé» à Paris après avoir tenté d'attaquer des policiers au couteau
Un puissant séisme frappe la Grèce et la Turquie, plusieurs morts et plusieurs centaines de blessés - images
Des dizaines de manifestants pro-Turcs défilent à Dijon en criant «Allahu Akbar» – vidéos
Tags:
Union européenne (UE), Iran, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook