Ecoutez Radio Sputnik
    Photo d'archive

    Expériences biologiques: les USA ont utilisé des Géorgiens «comme cobayes»

    © Sputnik . Valery Melnikov
    International
    URL courte
    9145

    Les spécialistes du Pentagone ont utilisé des Géorgiens comme cobayes pour leurs expériences biologiques, estime un haut responsable du ministère russe des Affaires étrangères.

    La Russie ne tolérera pas la ténue d'expériences biologiques à ses frontières, a déclaré mardi le chef du département de contrôle des armements du ministère russe des Affaires étrangères, Vladimir Ermakov.

    Auparavant, l'ancien ministre géorgien de la Sécurité nationale (1993-1995), Igor Guiorgadze, avait affirmé que des spécialistes américains menaient des expériences sur des humains dans un laboratoire situé dans cette ex-république soviétique.

    «Nous leurs avons dit que nous ne tolérerions pas que vos biologistes militaires fassent d'obscures choses à la frontière russe», a annoncé le responsable russe devant les journalistes lors d'une conférence de presse à l'agence Rossiya Segodnya.

    D'après lui, les Géorgiens ont «servi de cobayes» aux chercheurs américains.

    «Selon nos estimations, ce qui se passe aujourd'hui en Géorgie […] c'est l'utilisation de nos voisins, de nos partenaires et collègues géorgiens comme cobayes», a indiqué le diplomate.

    La partie russe avait précédemment à plusieurs reprises exprimé ses préoccupations au sujet des activités médico-biologiques du Pentagone à proximité de ses frontières, notamment à Tbilissi, qui abrite un laboratoire des forces terrestres américaines.

    Lire aussi:

    Le Conseil de sécurité de la Russie commente la réforme de Schengen proposée par Macron
    «Excusez-nous, on ignorait qu’il était invisible»: le F-117 abattu par les Serbes en 1999
    Ces symptômes du cancer du cerveau que les malades ignorent
    Tags:
    cobaye, médecine, expérience, armes biologiques, Pentagone, Igor Guiorgadze, Vladimir Ermakov, Géorgie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik