Ecoutez Radio Sputnik
    Armes chimiques découvertes en Irak

    Armes chimiques: Moscou démonte la nouvelle initiative française

    © Sputnik .
    International
    URL courte
    4826106

    L'initiative de Paris visant à simplifier l'imposition de sanctions pour l'emploi d'armes chimiques témoigne du fait que l'UE cherche toujours des prétextes pour punir les autres, selon un diplomate russe haut placé.

    La France et les autres membres de l'UE cherchent des prétextes pour imposer de nouvelles sanctions contre certains pays, estime le chef du département de contrôle des armements du ministère russe des Affaires étrangères, Vladimir Ermakov.

    Précédemment, Reuters a annoncé que les pays de l'UE envisageaient d'approuver la mise en place d'un mécanisme qui permettrait à Bruxelles d'introduire plus vite des sanctions à l'encontre des individus ayant eu recours aux armes chimiques. Selon l'agence, cette initiative provient de Paris.

    «Ils veulent imposer des sanctions, et ils cherchent ainsi divers prétextes pour le faire», a déclaré M.Ermakov à la demande de commenter l'initiative française.

    D'après lui, il n'existe aujourd'hui aucun arsenal chimique en Syrie, «ce qui est confirmé par l'OIAC [l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques, ndlr]».

    «Qui plus est, il est impossible même de supposer que les troupes gouvernementales utilisent des armes chimiques […]. Les forces syriennes ne disposent pas d'arsenaux chimiques et elles n'ont aucun besoin d'employer une arme chimique même si elles avaient une telle possibilité», a expliqué l'officiel.

    Lire aussi:

    Derniers arsenaux chimiques: quels pays n'y ont pas encore renoncés?
    Détruites à 100%? John Kerry fait machine arrière sur les armes chimiques syriennes
    Moscou: les USA ont 3.000 t d’agents chimiques militaires, mais l’OIAC est sereine
    Tags:
    sanctions, armes chimiques, OIAC, Union européenne (UE), Vladimir Ermakov, Russie, Syrie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik