Ecoutez Radio Sputnik
    Abdelaziz Bouteflika

    L’ex-chef de la DGSE remet une deuxième couche: le pouvoir en Algérie est «momifié»

    © AFP 2018 RYAD KRAMDI
    International
    URL courte
    61012

    L’état de santé de Bouteflika est tellement dégradé que ceci a causé «la momification du pouvoir» politique en Algérie, a déclaré ce 25 septembre l’ancien ambassadeur de France à Alger et ex-chef de la DGSE sous Nicolas Sarkozy lors d’une conférence publique à Paris.

    Après sa déclaration concernant l'état de santé du Président Abdelaziz Bouteflika, Bernard Bajolet, ancien ambassadeur de France à Alger et ex-chef de la DGSE sous Nicolas Sarkozy, a affirmé ce 25 septembre, lors d'une conférence publique, que le pouvoir en Algérie était dans un état de «momification», selon le magazine L'Obs.

    «Soyons clair, je souhaite longue vie au Président Bouteflika: je ne suggère donc pas qu'on le débranche», a déclaré l'ancien diplomate. «Mais cette momification du pouvoir algérien sert certains groupes qui, ainsi, se maintiennent au sommet et espèrent continuer à se maintenir et à s'enrichir», a-t-il ajouté.

    Concernant ses relations personnelles avec le Président algérien, l'ancien premier responsable du renseignement français a confié que «la dernière fois que le Président Bouteflika est venu se faire soigner en France, j'ai demandé à le voir, mais il a refusé». «Alors je lui ai fait envoyer un immense panier de chocolats, en retour, il m'a fait porter un bouquet de fleurs si grand qu'il rentrait à peine dans mon bureau [à la DGSE, ndlr]!», a-t-il précisé.

    «La légitimité historique est un levier par lequel le pouvoir algérien gouverne le pays et le Président Abdelaziz Bouteflika est maintenu artificiellement en vie», avait déjà affirmé le 21 septembre Bernard Bajolet dans un entretien donné au Figaro.

    Réagissant à ces propos, Xavier Driencourt, actuel ambassadeur de France à Alger, a affirmé le 24 septembre devant la presse en marge d'une activité à l'Assemblée populaire algérienne, que M.Bajolet a parlé en son nom et qu'il n'engage en aucun cas les autorités officielles françaises.

    Lire aussi:

    Santé de Bouteflika: le Premier ministre algérien évoque la visée de l’ex-chef de la DGSE
    Bouteflika préside un Conseil des ministres: la réponse d’Alger à l’ex-chef de la DGSE?
    Santé de Bouteflika: la réponse d’un ministre algérien aux propos de l’ex-chef de la DGSE
    Tags:
    momification, pouvoir politique, état de santé, DGSE, Xavier Driencourt, Abdelaziz Bouteflika, France, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik