Ecoutez Radio Sputnik
    Le Président ukrainien Piotr Porochenko

    «Toilettes», «fake news», blague de Lavrov: les péripéties de Porochenko à l’Onu

    © AFP 2018 PATRIK STOLLARZ
    International
    URL courte
    17744

    Lors de la 73e session de l’Assemblée générale de l’Onu à New York, le Président ukrainien Piotr Porochenko a refusé de répondre aux médias russes sur le Donbass, en qualifiant leurs informations de «fake news». Il serait également entré par erreur dans une salle de réunion réservée par Sergueï Lavrov.

    Le Président ukrainien Piotr Porochenko, qui a pris part à la 73e session de l'Assemblée générale de l'Onu à New York, a refusé de répondre aux journalistes russes qui l'interrogeaient sur  sa proposition de déployer des casques bleus de l'Onu dans le Donbass.

    Au lieu de cela, il a crié «fake news» face à une caméra et, sans s'arrêter, a disparu derrière les portes d'une salle de réunion se trouvant à côté de celle de la délégation russe.

    Cependant, certains médias assurent que Piotr Porochenko serait d'abord entré dans une salle de réunion réservée par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, aurait regardé autour de lui et il en serait sorti 15 secondes plus tard après avoir compris son erreur.

    Lorsque le chef de la diplomatie russe a appris que selon certaines sources M.Porochenko avait failli entrer chez lui, Sergueï Lavrov a ironisé:«Peut-être a-t-il confondu avec les toilettes?».

    La 73e session de l'Assemblée générale a commencé le 18 septembre. Le débat général de l'Assemblée s'est ouvert ce mardi pour durer jusqu'au 1er octobre. Cette année, la session réunit les représentants de 196 nations, dont 130 chefs d'État.

    Lire aussi:

    Donald Trump enfreint l’ordre d’intervention traditionnel des orateurs à l’Onu
    «Je crois que Porochenko s’est trompé de porte» dès 2014, déclare Zakharova
    Le Kremlin explique l’absence de Poutine à la 72e session de l'AG de l'Onu
    Tags:
    désinformation, réunion, salle, Sergueï Lavrov, Piotr Porochenko, États-Unis, Russie, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik