Ecoutez Radio Sputnik
    l’Algérie

    Front populaire de Bouteflika: un rassemblement de la société civile prévu en octobre

    CC0 / jorisamonen
    International
    URL courte
    0 71

    Les associations de la société civile algérienne tiendront un rassemblement le 6 octobre à Alger pour annoncer leur soutien à l’initiative du Président Abdelaziz Bouteflika de constituer un front populaire. C’est ce qu’a annoncé le 26 septembre le président de la Coordination nationale de soutien au programme du chef de l’État.

    Répondant à l'appel du Président Abdelaziz Bouteflika pour la constitution d'un front populaire dans le but de préserver la sécurité et la stabilité de l'Algérie, toutes les associations de la société civile tiendront une rencontre nationale le 6 octobre à Alger. C'est ce qu'a annoncé le 26 septembre Nasr Eddine Zerguine, président de la Coordination nationale de soutien au programme du Président algérien, en marge de la rencontre tenue à l'occasion du 13e anniversaire de l'adoption de la Charte pour la paix et la Réconciliation nationale au forum d'El-Moudjahid à Alger.

    Tout en affirmant l'engagement de son organisation à œuvrer pour l'adhésion du plus grand nombre de citoyens possible à ce front populaire, le responsable a souligné être «constamment en contact avec les associations et la population locale, pour constituer un front solide comme l'avait souhaité le chef de l'État», en rappelant que la coordination qu'il présidait avait toujours «soutenu le président de la République dans sa démarche [de créer un front populaire, ndlr]».

    S'exprimant sur l'adhésion de 15 partis politiques autour du Front de libération nationale (FLN) à l'appel du chef de l'État algérien, M.Zerguine a tenu à préciser que «nous ne sommes pas une organisation de masse d'un parti politique», en soulignant qu'il refusait que l'initiative du Président de la République «soit accaparée par telle ou telle partie ou organisation». «L'initiative appartient au Président de la République pas à un parti politique», a-t-il clarifié tout en se disant ouvert à toute collaboration avec le FLN.

    Pour sa part, Fatma Zohra Bousbaâ, la présidente de l'Organisation nationale pour la promotion de la culture de la paix et de la Réconciliation nationale, a déclaré lors de son allocution à la même conférence que «nous devons tous nous tenir la main dans la main pour répondre à l'appel du Président de la République qui a contribué au retour de la paix et de la stabilité au pays». Elle a rappelé au passage l'œuvre de la Charte et de la Réconciliation nationale, initiée en 1999 par le Président Bouteflika, et qui a grandement participé à la fin des années de terrorisme dans le pays.

    Pour rappel, suite au scandale de la cocaïne qui a ébranlé la société algérienne s'était ajouté, sur la scène politique, l'appel du président du Mouvement de la société de paix, Abderrezak Mokri, sommant l'armée d'intervenir afin d'assurer une transition politique, laissant ainsi entendre que l'institution militaire aurait opposé un véto à l'idée d'un 5e mandat du Président Bouteflika, jugé trop affaibli par la maladie.

    Face à cette situation préoccupante, aggravée par l'instabilité externe à la frontière est du pays, partagée avec la Tunisie et la Libye, et à la frontière sud limitrophe avec la région du Sahel où sévissent des groupes terroristes sur fond de grave crise migratoire, le Président Abdelaziz Bouteflika avait appelé le 20 août dernier les Algériens à créer un front populaire interne pour garantir la stabilité du pays, prenant en exemple les éléments de l'Armée nationale populaire (ANP) et tous les autres organes de sécurité.

    Lire aussi:

    Élections en Algérie: le patronat industriel appelle Bouteflika à briguer un 5e mandat
    Front populaire: l’arme de Bouteflika pour purger l’Algérie de sa corruption?
    Bouteflika indique le rôle de l’armée face aux défis actuels
    Tags:
    société civile, stabilité, paix, Armée nationale populaire algérienne (ANP), Abdelaziz Bouteflika, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik