Ecoutez Radio Sputnik
    Le Premier ministre belge Charles Michel

    Selon le PM belge, c’est à l’UE et non pas aux USA de décider avec qui elle peut commercer

    © Sputnik . Alekseï Vitvitski
    International
    URL courte
    13321

    Les États-Unis n’ont pas le droit de dicter aux entreprises européennes avec quels pays elles «peuvent faire du commerce et peuvent doper l’activité économique», a estimé le Premier ministre belge, Charles Michel, en s’exprimant suite aux attaques de Donald Trump contre l’Iran, relate la Radio-Télévision belge.

    Alors que  Donald Trump avait dénoncé depuis la tribune de l'Onu l'agressivité croissante de l'Iran tout en appelant la communauté internationale à isoler son régime «corrompu», le Premier ministre belge, Charles Michel, a commenté les désaccords entre les deux pays, lit-on sur la Radio-Télévision belge.

    «Nous ne sommes pas naïfs par rapport à l'Iran, nous ne sommes pas naïfs par rapport au rôle régional que l'Iran joue ou tente de jouer», a-t-il ainsi déclaré.

    En outre, l'homme politique a souligné que «cet accord sur le démantèlement nucléaire en Iran» était «le fruit de très nombreuses années de négociations» qui constituait à son tour «un canal pour un dialogue politique, pour encourager les forces positives en Iran, qui sont prêtes à tenter de moderniser le pays, de renforcer l'économie du pays, et qui sont prêtes aussi à s'engager dans la voie de la désescalade sur le plan de la menace nucléaire.»

    Cependant, Charles Michel estime qu'il faut «donner toutes les chances à cet accord», ce qui est «le choix que nous avons fait avec d'autres leaders européens — Angela Merkel, Emmanuel Macron, Theresa May».

    «Et c'est le choix que je soutiens également. On ne peut pas accepter que ce soient les États-Unis qui décident quelles sont les régions dans le monde dans lesquelles les entreprises européennes peuvent faire du commerce et peuvent doper l'activité économique», a-t-il souligné.

    Le Premier ministre belge a notamment été le premier parmi les dirigeants occidentaux à tenir une réunion bilatérale avec le Président iranien Hassan Rohani en marge de l'Assemblée générale des Nations unies.  

    Lire aussi:

    Moscou: l'accord sur le nucléaire iranien ne peut pas être dénoncé unilatéralement
    Téhéran ne veut pas de guerre avec Washington, assure Rohani
    La diplomatie européenne appelle les PME de l’UE à coopérer avec l’Iran
    Tags:
    sanctions, commerce, Charles Michel, Iran, États-Unis, Belgique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik