Ecoutez Radio Sputnik
    Des militaires britanniques

    La diplomatie britannique évalue la probabilité d’une guerre entre Moscou et Londres

    © AP Photo / Mindaugas Kulbis
    International
    URL courte
    33473

    À l’heure actuelle, une guerre entre la Russie et le Royaume-Uni est peu probable, toutefois Moscou n’aura jamais de «place confortable dans le monde», a déclaré le chef de la diplomatie britannique, Jeremy Hunt, à la chaîne Sky News.

    Dans une interview accordée à la chaîne Sky News portant sur la politique extérieure britannique, le Secrétaire d'État des Affaires étrangères britanniques, Jeremy Hunt, a évalué la probabilité d'une guerre entre le Royaume-Uni et la Russie.

    «Il est évident que [les actions de la Russie] influencent les relations entre les deux pays, mais je ne pense pas qu'il y ait une possibilité de guerre ou de quelque chose comme ça», a-t-il déclaré.

    Le chef de la diplomatie britannique estime qu'en raison de sa politique extérieure actuelle, «il n'y aura pas de place confortable pour la Russie dans le monde».

    Quant à l'affaire Scripal, M.Hunt est convaincu que Londres a donné une réponse forte à l'incident de Salisbury en «expulsant les espions russes des capitales de 28 pays». Moscou a payé un «très haut prix diplomatique» pour l'incident de Salisbury, selon le diplomate.

    Cela étant, tous les membres de l'Union européenne n'ont pas expulsé des diplomates russes. L'Autriche, la Bulgarie, Chypre, la Grèce, le Luxembourg, Malte, le Portugal, la Slovénie et la Slovaquie n'ont pas exprimé de solidarité avec Londres dans ces démarches.

    Le 5 septembre dernier, le parquet britannique avait formulé aux Russes Alexandre Petrov et Rouslan Bochirov quatre chefs d'accusation, notamment pour la tentative de meurtre de l'ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, ainsi que du policier britannique Nick Bailey. La Première ministre britannique, Theresa May, affirme que les deux suspects sont des hommes du Service du renseignement militaire russe (GRU), sans pour autant présenter de preuves pour appuyer ces allégations.

    Le site du projet britannique Bellingcat, qui a déjà fait paraître plusieurs articles manquant de preuves concrètes, a affirmé que selon «la base de données du Service fédéral des migrations (FMS)», MM.Petrov et Bochirov étaient «des agents du GRU». Mercredi, le site a publié un autre article affirmant que Rouslan Bochirov serait «en réalité» un colonel du GRU répondant au nom d'Anatoli Tchépiga.

    Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a pour sa part indiqué que «l'affaire Skripal» volait en éclats en raison de l'absence totale de preuve impliquant Moscou. Le ministère a présenté au Foreign Office près de 60 notes diplomatiques pour exiger d'accorder à la Russie l'accès à l'enquête et aux citoyens russes impliqués afin d'organiser une enquête commune. Toutefois, les autorités britanniques n'y ont pas répondu.

    Lire aussi:

    «Pas une simple campagne d’information»: le but «hybride» de l’affaire Skripal dévoilé
    Les noms des présumés «suspects» de l’affaire Skripal introuvables sur le site d’Interpol
    Affaire Skripal: Moscou dévoile les dessous du projet britannique Bellingcat
    Tags:
    empoisonnement, diplomates, expulsions, guerre, FSB, Rouslan Bochirov, Alexandre Petrov, Jeremy Hunt, Sergueï Skripal, Theresa May, Alexandre Litvinenko, Sergueï Lavrov, Salisbury, Malte, Slovénie, Luxembourg, Portugal, Royaume-Uni, Londres, Bulgarie, Moscou, Autriche, Grèce, Slovaquie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik