Ecoutez Radio Sputnik
    Sergueï Lavrov

    Lavrov: l’Occident veut faire de l’OIAC un moyen de punir les gouvernements indésirables

    © Sputnik . Roman Makhmoutov
    International
    URL courte
    9281

    Les pays occidentaux cherchent à transformer l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) en un instrument dans le but de punir les gouvernements indésirables, a déclaré le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov.

    Intervenant lors de la 73e session de l'Assemblée générale de l'Onu, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a condamné les tentatives d’utiliser l’OIAC comme moyen de lutte contre l'autorité des pays ne bénificiant pas d'un regard favorable de l’Occident.

    «Les tendances négatives s’accentuent au sein de l'OIAC. L'Occident tente de transformer le secrétariat technique de l’organisation en un instrument de punition des gouvernements indésirables, ce qui risque de saper le statut professionnel et indépendant de cette structure et le caractère universel de la Convention sur l'interdiction des armes chimiques, ainsi que les prérogatives exclusives du Conseil de sécurité des Nations Unies», a-t-il déclaré.

    Auparavant, l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques avait vu ses pouvoirs renforcés. Désormais, l'OIAC est habilitée à identifier «les auteurs, organisateurs et commanditaires» d'attaques commises sur le territoire de ses membres, et non plus seulement les substances utilisées.

    Ce projet de décision avait été soumis par le Royaume-Uni. La réforme a été approuvée par 82 voix pour et 24 contre, dont la Russie, l'Iran et la Syrie. Moscou estime que seul le Conseil de sécurité des Nations unies est légitime pour désigner ceux qui ont recours à des armes de destruction massive.

    Lire aussi:

    Moscou: Londres a soudoyé des membres de l'OIAС
    Damas explique à quoi sert l'élargissement des pouvoirs de l'OIAC
    «Les jours de l’OIAC seront comptés» si l’on ne remédie pas à la situation
    Tags:
    OIAC, Sergueï Lavrov, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik