International
URL courte
2421
S'abonner

La Syrie n’acceptera pas que qui que ce soit pose des préalables à la commission travaillant sur l’élaboration d’une nouvelle constitution pour le pays, a souligné ce samedi à l’Onu le chef de la diplomatie syrienne.

Intervenant ce samedi lors de la 73ème Assemblée générale de l’Onu, le chef de la diplomatie syrienne, Walid Al-Mouallem, a souligné que Damas était opposé à ce qu’une quelconque condition soit imposée au comité constitutionnel chargé de doter la Syrie d'une nouvelle constitution. 

«Il ne faut y avoir aucune condition préalable pour le comité. Le comité doit être indépendant car la constitution est une question syrienne et qui doit être réglée par les Syriens eux-mêmes», a pointé le ministre. 

Et de poursuivre que la Syrie rejettera toute proposition prévoyant une ingérence dans ses affaires internes ou susceptibles de mener à de telles conséquences. 

«Nous sommes prêts à mener un travail actif avec nos amis, mais aux conditions que je viens d’énoncer», a ajouté le ministre. 

Pour rappel, le small group sur la Syrie, réunissant notamment les États-Unis, le Royaume-Uni et la France, avait appelé jeudi l'envoyé spécial de l'Onu, Staffan de Mistura, à organiser au plus vite la première réunion d'un comité chargé de rédiger une Constitution afin de pouvoir organiser des élections dans le pays. M. Mistura a été invité à présenter le 31 octobre «au plus tard» les progrès qu'il aura accomplis. Moscou s’est opposé à ces dates butoirs artificielles dans ce processus. 

La mise en place d’une nouvelle constitution syrienne fait partie des décisions prises à Genève sous l’égide de l’Onu dans le but de régler le conflit que la Syrie traverse depuis bientôt 8 ans.

Lire aussi:

Femme poussée dans le métro parisien: «l’auteur de l’agression» interpellé, dit Marlène Schiappa
Policiers brûlés à Viry-Châtillon: bagarre générale au moment du verdict à 1h du matin – vidéo
Un drone-kamikaze russe frappe des radicaux en Syrie – vidéo
La vidéo d’un homme poussant une femme dans les escaliers du métro parisien suscite une controverse
Tags:
Constitution, Walid al-Mouallem, Syrie, New York, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook