Ecoutez Radio Sputnik
    Euphrate

    Syrie: si les Kurdes aspirent au séparatisme, Damas en viendra à une solution militaire

    © REUTERS / Nour Fourat
    International
    URL courte
    14510

    Le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid al-Mouallem, a déclaré, dans une interview accordée à la chaîne de télévision russe RT, que dans le cas où les Kurdes aspireraient au séparatisme, Damas aurait recours à une solution militaire en ce qui concerne le problème des territoires à l'est de l'Euphrate.

    Dans une interview accordée à la chaîne de télévision russe RT, le ministre syrien des Affaires étrangères a fait savoir que si les Kurdes aspireraient au séparatisme, Damas en viendrait à une solution militaire. Selon Walid al-Mouallem, le peuple syrien n'accepte pas le séparatisme. D'après lui, dans les régions où se trouvent des civils kurdes, il n'est pas question de séparation.

    Cependant, il a tenu à souligner que ce n'était pas les Kurdes qui aggravaient la situation dans la région, mais ceux qui le faisaient sans l’autorisation du gouvernement syrien, les États-Unis:

    «La présence [de l'Amérique dans cette région, ndlr] est illégale. Elle a commencé à déployer, de manière illégale, ses bases militaires. La présence américaine donne l'espoir aux Kurdes d'agir en dehors de l'autorité légitime de Damas.»

    Et de rajouter:

    «S'ils [les Kurdes, ndlr] aspirent à la séparation, acceptant la position américaine, je peux dire que nous serons obligés de choisir la voie que nous ne voulons pas suivre.»

    Le chef de la diplomatie syrienne a en outre fait remarquer que les négociations de Damas avec les Forces démocratiques syriennes (FDS) étaient cordiales, mais elles se sont arrêtées à cause des États-Unis. Ainsi, lorsque les négociations ont débuté, les États-Unis ont augmenté les livraisons aux Kurdes, ont livré des camions.

    «De plus, ils ont attaqué les militaires syriens qui y étaient présents. Cette attaque était injustifiée et inacceptable, ceux qui l'ont fait doivent payer», a lancé Walid al-Mouallem.

    Lire aussi:

    «On constate un refroidissement sensible entre les Kurdes et Damas»
    La coalition américaine en Syrie, qui et que détruit-elle?
    Autonomie kurde: un député syrien dément les rumeurs
    Tags:
    Kurdes, Damas, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik