Ecoutez Radio Sputnik
    Al-Tanf, image d'illustration

    Damas accuse les USA de «rétablir» les résidus de Daech sur la base d’Al-Tanf

    © AP Photo / Hammurabi's Justice News
    International
    URL courte
    6330

    Dans un entretien à la chaîne RT, le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Al-Mouallem, a accusé les États-Unis de «rétablir» les résidus de l'organisation terroriste Daech* sur la base d'Al-Tanf, en Syrie. Et de souligner que ces tentatives étaient vaines.

    Sur la base d’Al-Tanf, en Syrie, les États-Unis procèdent à une reformation des restes de l’organisation terroriste Daech*, mais ces tentatives sont vaines, a déclaré le chef de la diplomatie de ce pays, Walid Al-Mouallem, dans un entretien à la chaîne russe RT.

    «Notre pratique montre qu’ils rassemblent les résidus de Daech* sur cette base et procèdent à leur rétablissement pour les envoyer par la suite combattre l’armée syrienne. Pourquoi? Car ils veulent que la crise syrienne perdure et ce dans l’intérêt de l’État hébreu», a-t-il indiqué.

    Et d’ajouter que ces efforts étaient vains et irréalistes.

    «Ils ont déjà essayé d’envoyer des groupes vers Palmyre où ces derniers ont été éliminés. La base d’Al-Tanf n’a pas d’avenir sur le sol syrien», a-t-il déclaré.

    La situation dans la zone de la base d’Al-Tanf, dans le gouvernorat de Homs, avait suscité à plusieurs reprises l’inquiétude des militaires syriens. Selon leurs informations, sous le contrôle d’instructeurs américains, des terroristes y suivent un entraînement pour prendre ultérieurement part aux combats contre l’armée gouvernementale.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Moscou: des terroristes s'entraînent sur une base US en Syrie
    Syrie: les États-Unis prêts à se retirer de leur base militaire d'Al-Tanf?
    Défense russe: le nombre de djihadistes augmente dans la zone d’al-Tanf, sous contrôle US
    Tags:
    entraînements, accusations, Daech, Walid al-Mouallem, Al-Tanf, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik