Ecoutez Radio Sputnik
    cadeau

    Kim Jong-un offre un cadeau vivant au Président sud-coréen (photo)

    CC0
    International
    URL courte
    1200

    Lors du sommet intercoréen de septembre, Moon Jae-in a reçu de son homologue du Nord deux chiens de chasse en signe de paix. Ces meilleurs amis de l’homme viennent d’arriver à leur nouveau palais présidentiel, qui a partagé leurs photos sur les réseaux sociaux.

    Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a offert à son homologue du Sud, Moon Jae-in, deux chiens de chasse de race Pungsan, élevés en Corée du Nord. Ce cadeau a été fait à l'occasion du sommet intercoréen de début septembre, mais ce n'est que le 27 septembre que les bêtes sont finalement arrivées à la résidence présidentielle, après une période de quarantaine nécessaire.

    Les deux chiens ont traversé jeudi la zone démilitarisée par le village de Panmunjom pour gagner la Corée du Sud.

    Les Pungsan, dont le nom vient d'un comté nord-coréen, sont réputés pour leur loyauté et leurs talents de chasseurs, allant jusqu'à traquer des tigres.

    L'animal est considéré officiellement comme un «monument national» en Corée du Nord.

    Les deux Pungsan vivront avec Tori, un bâtard que le Président Moon Jae-in, qui ne cache pas son amour des animaux, a fait venir à la présidence deux mois après sa prise de fonction.

    Ce n'est pas la première fois qu'un dirigeant nord-coréen offre un tel présent à un Président sud-coréen puisque Kim Jong-il, le père de Kim Jong-un, avait donné deux Pungsan en 2000 au Président sud-coréen de l'époque, Kim Dae-jung, à l'issue du premier sommet intercoréen de l'Histoire.

    Lire aussi:

    Pourquoi le Président sud-coréen a téléphoné à Poutine après le sommet avec Kim?
    Sommet intercoréen: les dirigeants du Sud et du Nord ont signé une déclaration commune
    Kim Jong-un pousse un journaliste hors du chemin de son épouse (vidéo)
    Tags:
    chiens, cadeau, Moon Jae-in, Kim Jong-un, Corée du Sud, Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik