Ecoutez Radio Sputnik
    «Processus catalan»: des fantaisies collectives ou une réalité effective?

    «Processus catalan»: des fantaisies collectives ou une réalité effective?

    © Sputnik . Fernando Salgueiro
    International
    URL courte
    La Catalogne après le référendum d’autodétermination (61)
    505

    À la veille du premier anniversaire du référendum, les plaies ne se ferment toujours pas au sein de la société catalane où les partisans d’une Espagne unie parlent de la fin de la lutte pour l’indépendance, alors que les indépendantistes insistent sur un référendum concerté. Sputnik s’est entretenu avec les représentants des deux parties.

    Le processus de lutte politique pour l'indépendance de la Catalogne, dit «processus catalan», a démarré en septembre 2012 pour arriver à son point final en octobre 2017, a rappelé à Sputnik Joaquim Coll, historien et écrivain barcelonais, commentant la situation à la veille du premier anniversaire du référendum.

    Joaquim Coll
    © Sputnik . Javier Benítez
    Joaquim Coll

    Selon ce dernier, cette lutte avait pour «moteur» des fantaisies unilatérales des Catalans, croyant que la sécession était possible parce que la minorité au sein du parlement catalan y tenait. Aussi, croyaient-ils que c'était même inévitable et que la Catalogne serait internationalement reconnue sans cesser de faire partie de l'Europe, alors que l'Espagne n'y pourrait rien.

    «Ce n'était toutefois que des fantaisies collectives de l'une des parties», a souligné M.Coll.

    Néanmoins, un autre interlocuteur de l'agence, Oriol Amoros, fonctionnaire au gouvernement catalan, a une vision différente de la situation.

    Oriol Amorós
    © Sputnik . Javier Benítez
    Oriol Amorós

    «Cette dernière année a été très difficile, il y a eu des élections remportées par des candidats indépendantistes, dont certains se trouvent à présent en prison, d'autres en exil. Ceux pour qui les gens ont voté ne font pas partie du gouvernement. Il s'agit notamment entre autres de Carles Puigdemont et d'Oriol Junqueras», a-t-il relevé.

    Et de rappeler que le gouvernement espagnol s'était avéré perdant face à la justice en Allemagne, en Belgique et au Royaume-Uni. L'extradition des hommes politiques catalans en exil n'a été soutenue dans aucun de ces trois pays.

    «On est en présence d'une situation étonnante quand certains combattants pour l'indépendance se promènent tranquillement dans les rues, les autorités espagnoles ne voulant pas paraître bêtes, en essayant de les attraper, alors que d'autres […] se trouvent en garde à vue sans jugement ni enquête. On comprend que cette situation est injuste et parfaitement anormale», a indiqué M.Amoros.

    De son côté, Joaquim Coll signale que les séparatistes ne renoncent toujours pas à leur velléité d'indépendance, alors qu'en l'absence de «solution politique», démocratie et sécession se conjuguent plutôt mal. Il espère toutefois que les Catalans qui ont cru à cette illusion se feront à une réalité effective.

    Pourtant, Oriol Amoros évoque l'éventualité d'un État espagnol fédéral.

    «Il est temps d'expliquer aux Espagnols ce que cela signifie afin de pouvoir envisager une fédération ou une confédération», a-t-il résumé.

    Déclaré inconstitutionnel par Madrid, le référendum du 1er octobre 2017 s'est tenu dans un contexte tendu. Le «oui» à l'indépendance l'a emporté, mais avec un taux de participation inférieur à 50%. À l'issue du scrutin controversé et de la déclaration d'indépendance qui s'est ensuivie, la région a été mise sous tutelle par le pouvoir central.

    Dossier:
    La Catalogne après le référendum d’autodétermination (61)

    Lire aussi:

    Barcelone: plus d'un million de personnes protestent contre l'indépendance de la Catalogne
    La date probable du référendum sur l’indépendance catalane déjà connue
    Les violences lors du vote catalan vues par un observateur français
    Tags:
    indépendance, lutte, séparatistes, sécession, référendum, gouvernement espagnol, Sputnik, Oriol Amoros, Joaquim Coll, Madrid, Royaume-Uni, Belgique, Allemagne, Barcelone, Catalogne, Espagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik