International
URL courte
8422
S'abonner

Les Gardiens de la Révolution islamique iraniens ont affirmé avoir éliminé une quarantaine de terroristes lors d'un raid en Syrie, où se trouvent, selon leurs informations, les organisateurs de l'attentat perpétré pendant le défilé militaire à Ahvaz qui a fait 25 morts.

Une quarantaine de terroristes de Daech* ont été éliminés lors d'une frappe de militaires iraniens contre des cibles en Syrie, a annoncé l'agence IRNA, se référant au commandant de la Force aérospatiale du corps des Gardiens de la révolution islamique, Amir Ali Hajizadeh.

«Quelque 40 terroristes ont été abattus dans des frappes aux missiles, mais leurs corps restent toujours sous les décombres et des informations supplémentaires seront publiées plus tard», a-t-il indiqué cité par IRNA.

Le bombardement survenu en riposte à l'attaque commise le 22 septembre lors d'un défilé militaire à Ahvaz, en Iran, a visé la région d'Abou Kamal, dans l'est de la Syrie, affirme l'agence Fars. Les Pasdaran évoquent pour leur part l'est de l'Euphrate dans leur communiqué et disent avoir tiré six missiles à partir de l'ouest de l'Iran ainsi que sept drones.

L'attaque à Ahvaz, qui a fait 25 morts et plus de 60 blessés, a été revendiquée par Daech* et par la «Résistance nationale d'Ahvaz», qui se présente comme un groupe séparatiste arabe. Le Président iranien Hassan Rohani avait promis le jour même une réponse «terrible» de son pays.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

La Chine alerte sur un possible krach des marchés occidentaux: «Il faut être très vigilant»
Moscou appelle à «ne pas jouer avec le feu» après l'adoption de nouvelles sanctions US
Une vidéo inédite de l'attaque iranienne contre une base US après l’assassinat de Soleimani
Passeport vaccinal: l’UE avance, la France n’y coupera pas
Tags:
défilé, attaque, frappe aérienne, terrorisme, Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), IRNA, Fars, Daech, Amir Ali Hajizadeh, Hassan Rohani, Ahvaz, Iran, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook