Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine

    Poutine: l’initiative de l’UE sur l’Iran arrive tard, mais mieux vaut tard que jamais

    © Sputnik . Sergueï Gouneïev
    International
    URL courte
    3320

    L’idée de l’Europe pour contourner les sanctions américaines décrétées contre l’Iran arrive un peu tard, mais mieux vaut tard que jamais, a déclaré ce mercredi Vladimir Poutine.

    L’initiative avancée par l'Union européenne en vue de contourner les sanctions décrétées contre l’Iran par les États-Unis arrive un peu tard, mais mieux vaut tard que jamais, a déclaré ce mercredi Vladimir Poutine.

    «Elle [l'initiative, ndlr] est un peu en retard. Toutefois, mieux vaut tard que jamais. Elle est en retard parce que le Président français, qui a récemment fait un discours à New York, a directement déclaré qu'il était nécessaire d'accroître la souveraineté économique de l'Union européenne et de réduire la dépendance vis-à-vis des États-Unis. C'est juste, évidemment», a-t-il indiqué lors de la Semaine russe de l'énergie qui se tient du 3 au 6 octobre à Moscou.

    Cinq pays — la Russie, l'Allemagne, la Chine, la France et le Royaume-Uni — avaient annoncé précédemment dans une déclaration commune, à l'issue d'une rencontre ministérielle avec l'Iran, que l'UE mettrait en place un mécanisme financier pour préserver son commerce avec l'Iran des sanctions américaines.

    Selon le Président russe, qui a évoqué les prix des ressources énergétiques, la politique intérieure de plusieurs pays européens fait que le gaz russe revient deux fois plus cher à ses consommateurs.

    Il estime que l'actuelle flambée des prix du pétrole est liée à des facteurs extérieurs purement politiques et a rendu les États-Unis responsables de la formation de conditions favorables à la hausse des prix.

    «Si le prix du pétrole augmente, c'est moins le résultat de nos activités [l'application des ententes internationales sur la réduction de l'extraction du brut, ndlr] qu'un concours de circonstances: l'attente de décisions sur l'Iran, d'ailleurs absolument illégales et nuisibles pour l'économie mondiale, la baisse de l'extraction en Afrique du Nord suite à une série de faits politiques (la guerre civile etc.), c'est aussi la réduction de l'extraction du Venezuela également pour des raisons politiques intérieures et suite aux restrictions qui y ont été introduites», a expliqué Vladimir Poutine.

    Selon lui, les différents pays doivent collaborer plus étroitement entre eux «non seulement dans le secteur de l'énergie, mais également dans le domaine politique pour éviter toute défaillance».

    «Disons-le franchement, un tel prix du pétrole est dans une grande mesure le résultat des activités de l'actuelle administration américaine […]. Ces attentes de l'introduction de sanctions contre l'Iran, les problèmes politiques au Venezuela […]. Regardez ce qui se passe en Libye. C'est le résultat d'une politique irresponsable qui se répercute directement sur l'économie mondiale», a constaté Vladimir Poutine.

    L'accord sur le nucléaire iranien, intitulé Plan d'action global conjoint, a été signé à Vienne le 14 juillet 2015 par l'Iran, l'Allemagne, la Chine, les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et la Russie. Il a pour objectif d'empêcher Téhéran de se doter de l'arme nucléaire en échange de la levée d'une partie des sanctions économiques internationales visant le pays.

    Le 8 mai dernier, Donald Trump a annoncé que Washington se retirait de l'accord, avant de signer un décret réinstaurant un certain nombre de sanctions anti-iraniennes, en affirmant chercher à imposer une «pression économique maximale» sur la République islamique. Le locataire de la Maison-Blanche a également promis que toute personne faisant affaire avec l'Iran «ne le ferait pas avec les États-Unis».

    Lire aussi:

    Les USA revendiquent le droit de punir d’autres pays pour leur comportement «non civilisé»
    L'Iran respecte l'accord nucléaire malgré les sanctions, selon l'AIEA
    Moscou: les USA font du chantage pour empêcher l’application de l’accord nucléaire iranien
    Tags:
    armes nucléaires, Plan global d'action conjoint (JCPOA), gaz, pétrole, sanctions, présidence américaine, Union européenne (UE), Donald Trump, Vladimir Poutine, Washington, Téhéran, Libye, Afrique du Nord, Royaume-Uni, France, Chine, Allemagne, Russie, Moscou, États-Unis, New York, Venezuela, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik