Ecoutez Radio Sputnik
    François Hollande

    Hollande explique pourquoi il a refusé de livrer les Mistral à Moscou

    © AFP 2019 MARTIN OUELLET-DIOTTE
    International
    URL courte
    16612259

    François Hollande a expliqué son refus de livrer les Mistral à Moscou par sa réticence à soutenir un pays qui «menait une agression» contre son voisin.

    L'ancien chef de la République française François Hollande a reconnu que sa décision de renoncer à la livraison de BPC Mistral à Moscou avait à l'époque subi des critiques en France, rapporte le service de presse de la présidence ukrainienne suite à la rencontre entre MM. Hollande et Porochenko à Kiev.

    D'après l'ex-dirigeant français, la décision en question a été prise pour «mettre la Russie devant la nécessité d'assumer ses responsabilités», assure la partie ukrainienne. Selon ses dires, il était impossible pour la France de soutenir un pays qui «menait une agression» à l'encontre de son voisin.

    Le contrat de 1,2 milliard d'euros, prévoyant la livraison de deux porte-hélicoptères de classe Mistral, a été conclu entre la France et la Russie en 2011. Cependant, les événements en Ukraine et les pressions exercées sur François Hollande par ses alliés de l'Otan l'ont contraint à résilier le contrat avec Moscou pour revendre les bâtiments de guerre à l'Égypte.

    Le Président ukrainien a remercié M.Hollande pour sa décision et lui a remis une des plus hautes décorations nationales «pour son rôle dans le processus de paix dans l'est de l'Ukraine».

    Sur son compte Twitter, François Hollande s'est déclaré «honoré d'être décoré de l'ordre de la Liberté» par le Président Porochenko, suscitant de vifs commentaires:

    Lire aussi:

    Téhéran estime que Washington a abattu l'un de ses propres drones par erreur
    L’Iran rappelle aux États-Unis leur situation géographique
    Donald Trump: la Marine US a abattu un drone iranien dans le détroit d'Ormuz
    Tags:
    décorations d'Etat, agression, porte-hélicoptères, crise en Ukraine, Mistral, OTAN, Petro Porochenko, François Hollande, Russie, Egypte, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik