International
URL courte
Gazoduc Turkish Stream (101)
2260
S'abonner

L'Union européenne ne doit pas entraver la réalisation du projet Turkish Stream pour que la Hongrie ait la possibilité d'acheter du gaz russe, a déclaré le ministre hongrois des Affaires étrangères, ajoutant que si l'Europe occidentale achète du gaz suivant l'itinéraire nord, «nous exigeons le même droit pour nous».

La Hongrie exige que l'Union européenne n'entrave pas la réalisation du projet Turkish Stream afin que l'Europe centrale ait la possibilité d'acheter du gaz russe, a déclaré ce mercredi Peter Szijjarto, ministre hongrois des Affaires étrangères, à l'issue de négociations avec le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

«Il est évident que les entreprises ouest-européennes préparent en commun avec Gazprom la construction de Nord Stream 2 […]. Et comme l'Europe occidentale pourra acheter du gaz suivant l'itinéraire nord, nous, l'Europe centrale, nous exigeons le même droit pour nous», a-t-il souligné.

Peter Szijjarto a précisé que l'Europe centrale souhaitait avoir son propre itinéraire de livraison.

La Hongrie exige que «Bruxelles ne lui mette pas de bâtons dans les roues afin qu'elle ait la même possibilité», a-t-il ajouté.

Budapest prévoit d'acheter du gaz acheminé par Turkish Stream après la construction de la deuxième conduite du gazoduc, a-t-il poursuivi.

«Nous nous sommes entendus avec la Serbie et la Bulgarie pour que nous, les trois pays, développions notre réseau de manière à pouvoir, après la construction de la deuxième conduite de Turkish Stream, acheter du gaz livré par ce gazoduc», a-t-il encore noté.

Peter Szijjarto a fait remarquer que d'ici 2021, la Hongrie construirait les infrastructures nécessaires.

«Il est très important pour nous de diversifier les livraisons de gaz et l'un des itinéraires [pour le faire, ndlr] est Turkish Stream. Les infrastructures qui seront construites en Hongrie nous permettront d'ici 2021 de stocker six milliards de mètres cubes de gaz. C'est notre projet numéro un», a-t-il encore déclaré dans le cadre de la Semaine russe de l'énergie qui se tient du 3 au 6 octobre à Moscou.

Le projet de gazoduc Turkish Stream prévoit la construction de deux conduits d'une capacité de 15,75 milliards de m3 chacun. Un conduit est destiné à transporter de l'or bleu en Turquie et l'autre devrait alimenter l'Europe du Sud et du Sud-Est.

Fin mai dernier, le Premier ministre bulgare Boïko Borissov avait déclaré que Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan s'étaient prononcés en faveur de l'idée de prolonger le gazoduc Turkish Stream vers l'Europe, à travers le territoire de la Bulgarie.

Dossier:
Gazoduc Turkish Stream (101)

Lire aussi:

Un enfant disparaît toutes les 10 minutes en France, voici la cause principale
Le pétrole iranien au Venezuela: les dessous d’une manœuvre stratégique «face à un même adversaire»
Rachida Dati se confie sur son mariage «forcé» avec «un Algérien»
Didier Raoult rejette une étude «foireuse» sur l'inefficacité de l'hydroxychloroquine
Tags:
infrastructure, gazoduc, Turkish Stream, Union européenne (UE), Boïko Borissov, Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine, Peter Szijjarto, Sergueï Lavrov, Turquie, Europe centrale, Moscou, Bruxelles, Budapest, Serbie, Bulgarie, Russie, Hongrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook